Chaque jour, nous répondons aux préoccupations des lecteurs.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

J’ai 67 ans. J’aimerais savoir quel est le pourcentage des gens âgés de 60 à 70 ans, atteints du coronavirus, qui s’en sortent.

Il est important de rappeler que la plupart des personnes infectées, soit 80 %, se rétablissent sans traitement particulier, selon l’Organisation mondiale de la santé. Et que l’immense majorité (plus de 97 %) en guérit. Au Québec, le pourcentage de patients décédés dans le groupe d’âge des 60-70 ans est de 8,8 %, selon les plus récentes données de Santé Québec. Il grimpe à 22,2 % chez les 70-79 ans et à 48 % chez les 80-89 ans. Le pourcentage de cas confirmés de COVID-19 dans votre groupe d’âge est de 9,2 %.

J’ai réservé mon condo à Puerto Vallarta, au Mexique, pour l’hiver prochain. Serait-il plus prudent d’annuler et de tenter d’être remboursé ?

Il est encore trop tôt pour le dire. Les horaires des compagnies aériennes ont été revus à la baisse ou suspendus jusqu’à la fin mai. Mais tout indique que les vols vont reprendre progressivement quand la première vague sera résorbée, durant l’été. Cela dit, la situation ne reviendra pas à la normale tant qu’on n’aura pas trouvé un vaccin, ce qui peut prendre de 12 à 18 mois, a dit le premier ministre Justin Trudeau. Si vous changez vos plans, sachez que vous aurez peut-être du mal à vous faire rembourser même si plusieurs hôtels et sites de réservations ont assoupli leur politique d’annulation.

Cela fait trois semaines que nous sommes en confinement. Pourquoi y a-t-il encore plus de 600 cas par jour, quand ce n’est pas 900 ? Pourquoi ça ne diminue pas ?

Les autorités sanitaires considèrent que nous sommes en situation de contamination communautaire dans l’ensemble du Québec. Cela veut dire que le virus peut encore être introduit par des gens qui ont voyagé, mais que la transmission dans la communauté est maintenant le principal facteur de propagation du virus. On dit qu’il y a propagation communautaire lorsqu’une personne contracte la maladie d’une troisième génération de transmission. Un cas de première génération est une personne qui a attrapé la maladie à l’étranger. Un cas de deuxième génération est une personne qui contracte le virus par contact étroit avec une personne infectée. Et la troisième génération, c’est lorsque le virus se propage au sein de la communauté, d’une personne à l’autre, sans qu’on puisse identifier la source de contamination. Nos actions d’aujourd’hui auront des répercussions dans plusieurs semaines.

Notre mère habite une résidence privée. Nous nous demandons, ma sœur et moi, s’il est possible de l’héberger chacune deux semaines, en alternance.

D’après les scientifiques, la seule façon de ne pas mettre la santé de votre mère en danger est d’être vous-mêmes en isolement. Si vous et votre sœur n’êtes en contact avec personne d’autre depuis au moins 14 jours et que vous observez de façon stricte les consignes sanitaires, vous devriez pouvoir vous occuper de votre mère en garde partagée.

Ma roulotte est stationnée toute l’année sur un terrain de camping. J’ai déjà donné un acompte pour la saison à venir. Devrais-je verser le reste du paiement ?

Tous les terrains de camping sont fermés jusqu’au 4 mai. Aucune mesure n’a été annoncée par le gouvernement concernant une réouverture après cette date. En attendant, les seules personnes autorisées à séjourner dans des campings sont celles qui n’ont pas d’autre lieu de résidence. Mais les choses évoluent vite. Restez à l’affût.

Pourquoi la Colombie-Britannique a-t-elle réussi à aplatir sa courbe ?

Ce succès reposerait sur deux choses : la réaction rapide et coordonnée du système de santé publique de la province et la chance. Contrairement au Québec, la semaine de relâche est arrivée à un bon moment dans le calendrier scolaire de cette province. Quelques jours avant qu’elle ne commence, le 12 mars, la médecin hygiéniste en chef de Colombie-Britannique, Bonnie Henry, a recommandé à la population d’éviter tout voyage non essentiel hors du pays. Et plusieurs conseils scolaires avaient déjà pris la décision d’annuler des voyages scolaires. Comme on sait, les premières personnes infectées au coronavirus, au Québec, revenaient de voyage et ont propagé la maladie sans le savoir.