En 10 jours, Fadia El-Khoury a vu le foyer pour aînés qu’elle dirige être englouti sous une vague de COVID-19 : le Centre Les Cèdres, dans l’arrondissement de Saint-Laurent, est l’un des seuls au Québec où la majorité des résidants est infectée par le coronavirus.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

En seulement une dizaine de jours, depuis fin mars, 18 des 32 résidants ont contracté la maladie, si l’on additionne les cas confirmés et les cas suspects. Cinq aînés y ont succombé.

« On veut faire notre possible pour sauver ceux qu’on peut sauver », a laissé tomber Mme El-Khoury, l’émotion dans la voix, en entrevue téléphonique. 

Il faut qu’on continue à faire notre travail, mais c’est très difficile.

Fadia El-Khoury, directrice générale du Centre Les Cèdres

« On est chanceux de ne pas s’être effrités encore », a-t-elle ajouté, en évoquant les journées de travail angoissantes de 12 à 14 heures effectuées par les employés, dont 11 ont été infectés par le coronavirus. « C’est difficile, je ne vais pas vous mentir. C’est un grand défi. On n’a jamais été testés comme ça. […] La vie n’est pas normale et ne le sera pas après ça. C’est sûr. »

« Un grand défi »

Le foyer pour aînés du boulevard Côte-Vertu est un organisme à but non lucratif de la communauté libanaise et existe depuis 65 ans. Les résidants, souvent malades et dont la moyenne approche les 90 ans, sont tous originaires du Moyen-Orient.

Les premières semaines de la pandémie se sont bien déroulées. Aucun cas de COVID-19 n’a été détecté dans la résidence jusqu’à la fin du mois dernier.

La gestionnaire n’ose pas s’avancer sur la façon dont le virus a fait son entrée au centre.

On a tenu le coup un bon trois semaines, mais là, ça s’est répandu. C’est très sournois comme maladie, comme virus.

Fadia El-Khoury, directrice générale du Centre Les Cèdres

« Il a fallu mettre en place très rapidement les structures pour aménager des zones chaudes et des zones froides. Il a fallu couper l’étage en deux », a expliqué Mme El-Khoury.

Même si la majorité des résidants sont maintenant infectés, les deux zones distinctes ont été maintenues, avec mesures de désinfection quand on passe de l’une à l’autre. « On va tenir la ligne, a dit la gestionnaire. On va faire notre possible. On sait que c’est un grand défi. Le risque est grand, il ne faut pas se le cacher, mais on va faire notre possible. »

« Déculpabiliser les familles »

Souad Najem, une Libano-Canadienne de 89 ans, est parmi les résidants du Centre Les Cèdres qui ont succombé à la maladie. Elle est morte dimanche dernier.

« Elle avait seulement le diabète, pas de problèmes pulmonaires, pas de problèmes cardiaques », a témoigné sa petite-fille Sara Najem, dans La Presse, jeudi. « Elle a eu une belle vie et tout, mais c’est difficile de savoir qu’on ne pourra pas lui dire un dernier adieu. »

Mme Najem regrettait aussi que sa grand-mère ait dû mourir sans sa famille à son chevet.

Avec la situation au foyer, Fadia El-Khoury tente de faire comprendre aux proches des résidants qui en sont à leurs dernières heures qu’une dernière visite ferait parfois plus de mal que de bien.

« On explique les risques. On essaie de déculpabiliser les familles pour qu’elles fassent un bon choix pour elles, pour leurs enfants et pour leurs petits-enfants. Mais c’est très difficile comme choix », a-t-elle dit. « Ils savent, nos parents, qu’on les aime. Une visite de dernière minute, ce n’est pas ça qui va leur faire réaliser qu’on les aime. »