Enquête au CHSLD de Sainte-Dorothée, dépistage systématique des résidants et du personnel dans les établissements et déploiement immédiat de 450 médecins. Québec fait de la protection des aînés « sa mission prioritaire » pour freiner la progression de la COVID-19 dans les résidences pour personnes âgées.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Gabrielle Duchaine Gabrielle Duchaine
La Presse

Le nouveau coronavirus continue de gagner du terrain entre les murs des foyers pour aînés, particulièrement vulnérables à la maladie. La moitié des 175 morts enregistrés au Québec sont survenus en CHSLD, a confirmé mercredi le gouvernement Legault. Le bilan s’est aussi alourdi au CHSLD de Sainte-Dorothée — plus important foyer de contagion au Québec — avec un total de 13 morts (+ 5).

Ce sont maintenant 813 milieux de vie pour aînés, dont 264 CHSLD, qui comptent des cas confirmés ou suspects de la COVID-19. C’est 41 de plus que mardi.

« Nous sommes toutes les deux préoccupées par la situation de plusieurs CHSLD et résidences pour personnes âgées », a lancé mercredi, sur un ton particulièrement grave, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, parlant aussi au nom de sa collègue responsable des Aînés, Marguerite Blais.

C’est ce qu’on veut protéger, protéger nos aînés, et on veut protéger ceux qui ont construit notre Québec. C’est une valeur fondamentale pour nous et nous allons tout faire pour les protéger.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

À ses côtés, le premier ministre François Legault en a appelé à la mobilisation de tous les Québécois.

« Je veux qu’on se mobilise, toute la société, pour tout faire pour protéger nos personnes âgées. Ça devrait être notre mission prioritaire », a-t-il ajouté, rappelant l’importance de ne pas les visiter même si la tentation sera forte en raison de la fête de Pâques ce week-end. 

« Moi le premier, je suis habitué, toutes les années, c’est comme à la fête des Mères, j’allais chez ma mère. Mais, là, je n’irai pas dimanche. Je vais l’appeler, par contre », a illustré M. Legault. 

« Redéploiement massif »

La stabilisation du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19 aidant, le gouvernement Legault déplacera des ressources des hôpitaux vers les résidences pour aînés. Quelque 450 médecins sont mis à contribution sur-le-champ. Des infirmières, des préposés aux bénéficiaires et des gestionnaires apporteront aussi du renfort.

« C’est un redéploiement massif qui est en marche. Ça va nous permettre d’avoir des équipes dédiées par établissement, et ça, c’est fondamental », a dit Mme McCann. « Le déploiement va se faire certainement au niveau des CHSLD où il y a une éclosion. Il faut vraiment aller là en priorité », a ajouté la ministre.

Plus de 500 infirmières ont récemment accepté de se réinscrire au tableau de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, par l’entremise de l’initiative jecontribue.ca, et seront aussi mises à contribution. Du personnel sera ajouté dans l’ensemble du réseau de la province, même où il n’y a pas encore d’éclosion.

Québec a aussi pris la décision de tester dorénavant « systématiquement » tous les employés et résidants « en CHSLD et dans les autres milieux de vie ». On promet aussi de distribuer de l’équipement de protection « à la grandeur » de la province.

Enquête à Sainte-Dorothée

Déjà 70 ressources ont été directement ajoutées au CHSLD de Sainte-Dorothée de Laval, qui compte 115 résidants infectés et près de 50 employés malades. « Il va falloir faire [des enquêtes épidémiologiques] parce que c’est très important de voir ce qui s’est passé au CHSLD de Laval », a prévenu Mme McCann.

La Presse révélait mercredi matin que deux employés auraient été incités à travailler malgré la présence de symptômes grippaux, une version corroborée par le syndicat. Ces deux travailleurs seraient à l’origine de l’éclosion. Ils ont tous deux été déclarés positifs à la COVID-19 au cours des derniers jours.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est par ailleurs intervenue mercredi après la réception d’une plainte du syndicat des infirmières qui estime que les professionnelles en soins sont mal protégées sur certaines interventions.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le CHSLD de Sainte-Dorothée est devenu le plus important foyer d'éclosion de la COVID-19 dans la province.

Le 3 avril, des infirmières qui travaillaient dans la « zone rouge » du CHSLD, où étaient rassemblés les résidants infectés, ont demandé qu’on leur fournisse un masque N95 pour interagir avec quelques malades qui recevaient une aide respiratoire par l’entremise de masques faciaux ou qui avaient un appareil pour l’apnée du sommeil, explique le vice-président du syndicat SIIIAL-CSQ, Déreck Cyr.

« La gestionnaire leur a dit qu’il n’y avait pas de N95 en CHSLD. Elles se sont même fait dire : ‟si t’en veux, achète-toi en” », affirme Déreck Cyr. Inquiètes des risques pour leur santé, les infirmières présentes auraient voulu exercer leur droit de refus au travail. « On les a menacées de sanctions disciplinaires », selon M. Cyr.

Dans la foulée de la visite de la CNESST, le CISSS de Laval « offre sa pleine collaboration », assure le porte-parole Pierre-Yves Séguin, qui ajoute ne pas pouvoir commenter directement la plainte.

Ne pas oublier les résidences privées

Yves Desjardins, président du Regroupement québécois des résidences privées pour aînés, plaide pour que son réseau ne soit pas oublié par Québec. Car au moins 20 % des décès liés à la COVID-19 jusqu’à maintenant touchent des aînés hébergés en résidences privées.

« Les gens sont très inquiets. On voit les cas qui augmentent », dit M. Desjardins. Ce dernier demande depuis des jours au ministère de la Santé de lui fournir la liste des résidences aux prises avec des éclosions. Sans succès.

On ne veut pas déblatérer sur ces résidences. On veut les aider et avoir une meilleure idée de la situation.

Yves Desjardins, président du Regroupement québécois des résidences privées pour aînés

M. Desjardins demande aussi à Québec d’aider à diminuer les rotations des intervenants en soins à domicile qui se rendent chaque jour aider des personnes âgées habitant en résidences privées pour aînés. « Ça crée énormément de va-et-vient. Il y a beaucoup de personnel d’agence, et ce ne sont jamais les mêmes personnes. Certains ont travaillé la veille à l’hôpital. On veut limiter ces allées et venues pour limiter l’exposition », plaide M. Desjardins.

Au chapitre des résidences privées, la ministre Danielle McCann rappelle que Québec a accordé une aide de 133 millions qui peut servir à « ajouter du personnel et à bonifier les mesures de sécurité et de protection » des personnes âgées. Elle a d’ailleurs salué les résidences qui faisaient preuve d’initiative en instaurant différentes mesures de contrôle pour limiter la transmission du virus.