Deux Québécois sur trois atteints de la COVID-19 habitent dans l’île de Montréal, en Montérégie ou à Laval. C’est également dans la même région que l’on retrouve 66 % de toutes les victimes du coronavirus, révèlent les données des autorités sanitaires.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Le bilan des trois territoires, qui sont intimement liés sur les plans sociologique et économique ainsi que du point de vue des structures politiques régionales, démontre une croissance soutenue du nombre de cas de contamination au coronavirus et une hausse du nombre de morts.

S’il devait y avoir un confinement afin de freiner la propagation de la maladie, ce serait d’ailleurs ce territoire qui serait visé, ont répété en chœur la semaine dernière le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, ainsi que la Dre Mylène Drouin, de la Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal.

L’épicentre de la pandémie se situe toujours dans l’île de Montréal avec 4407 cas d’infection le 6 avril. Au sud du fleuve Saint-Laurent, la Montérégie compte 961 personnes ayant obtenu un résultat positif lors d’un test de dépistage. À Laval, ce sont 759 cas de la COVID-19 qui s’étendent dans toute l’île.

Ensemble, les trois territoires totalisent 6127 cas depuis le début de la pandémie. Cela correspond à 66 % de tous les cas répertoriés à travers le Québec, soit 9340 cas confirmés.

Deux morts sur trois

C’est également à Montréal, en Montérégie et à Laval que l’on retrouve les deux tiers de tous les décès survenus dans la province, soit 99 sur 150. La COVID-19 a fait 64 victimes dans l’île de Montréal, 8 en Montérégie et 27 à Laval.

Selon la DRSP de Montréal, 86 % des personnes emportées par le coronavirus avaient plus de 70 ans. Cette proportion est équivalente à celle dans l’ensemble du Québec pour la même catégorie d’âge (88 %).

Cela fait également écho au message martelé par le gouvernement de François Legault, qui cible les personnes âgées comme les plus vulnérables face à la COVID-19. D’ailleurs, 46 % des décès à Montréal sont survenus dans un CHSLD ou dans une résidence privée pour aînés (RPA).

La DRSP de Montréal n’a toutefois pas de détails concernant le nombre de cas confirmés ou le nombre de morts dans des établissements pour personnes âgées autres que les CHSLD et les RPA. Les habitations à loyer modique (HLM) pour personnes âgées ainsi que les résidences pour aînés qui sont gérées par des organismes à but non lucratif (OBNL) ne font pas partie des décomptes officiels.

Consignes variables

De plus, les consignes gouvernementales afin de protéger les personnes âgées (interdiction de visites dans ces établissements et surveillance par des agents de sécurité, par exemple) sont à géométrie variable. Ainsi, les allées et venues dans les 135 tours de HLM montréalais ne sont pas contrôlées.

Il en va de même dans les résidences pour aînés relevant des OBNL (10 000 logements) qui, en plus, ne sont pas admissibles à l’aide financière d’urgence (133 millions) annoncée la semaine dernière par la ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais. Répondre aux recommandations sans soutien représente donc des dépenses supplémentaires, souligne Jacques Beaudoin, secrétaire général du Réseau québécois des OSBL d’habitation. 

« Il n’y a pas de mauvaise foi là-dedans, mais ces résidences sont tombées sous le radar. Et ça rend même difficile le respect des consignes parce que des locataires ne se sentent pas concernés. Le message doit être clarifié », affirme M. Beaudoin. Ce dernier souligne également que le Réseau québécois des OSBL d’habitation a alerté le cabinet de la ministre Blais la semaine dernière, mais que « ça tarde à réagir ». 

Du côté des HLM, la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) a fait parvenir mardi une lettre à la ministre responsable de l’Habitation, Andrée Laforest, et à sa collègue à la Santé, Danielle McCann, pour solliciter une intervention « urgente afin de prévenir le pire ». La FLHLMQ réclame que soient clairement identifiés les dangers de contagion dans les HLM pour personnes âgées. À travers le Québec, les HLM logent 35 000 personnes âgées, dont le tiers résident à Montréal.