Le nombre d’employés et de détenus infectés continue d’augmenter dans les centres de détention fédéraux. Mais la grande majorité, soit 59 des 69 cas recensés, se trouve toujours dans des établissements situés au Québec.

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

Sur 49 employés diagnostiqués au pays, 47 travaillent au Québec, a indiqué Service correctionnel Canada lundi. Douze des 20 détenus fédéraux confirmés sont aussi incarcérés dans la province.

L’éclosion en cours à la prison pour femmes de Joliette, qui s’est déclarée après celle du pénitencier de Port-Cartier, affiche maintenant davantage de cas, avec sept détenues et 24 employés. Parmi ces derniers, 22 sont des agents correctionnels, a fait savoir le syndicat UCCO-SACC-CSN lundi.

À Port-Cartier, 19 travailleurs, dont 15 agents correctionnels, ont été atteints, ainsi que cinq détenus. Deux autres agents correctionnels sont touchés à l’établissement de Donnacona. Deux employés dont la fonction n’a pas été précisée ont aussi reçu un résultat de test positif au Centre fédéral de formation de Laval. Aucun détenu n’a cependant été diagnostiqué dans ces deux établissements.

L’Ontario (deux employés et six détenues dans deux établissements) ainsi que la Colombie-Britannique (deux détenus dans un établissement) sont les deux seules autres provinces touchées jusqu’ici.