Des masques chirurgicaux seront distribués à compter de mardi aux agents correctionnels des pénitenciers, et dans les prochains jours aux détenus, pour tenter de freiner la propagation de la COVID-19 dans les établissements fédéraux.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

C’est ce qu’a annoncé lundi soir, par voie de communiqué, le Syndicat des agents correctionnels du Canada.

Une porte-parole de Service correctionnel Canada (SCC) a indiqué lundi à La Presse que 24 employés de l’Établissement pour femmes de Joliette et 19 employés du pénitencier à sécurité maximale de Port-Cartier ont contracté la COVID-19.

Plus tôt, le syndicat a confirmé que parmi ces employés infectés, on dénombre 22 agents de Joliette et 15 de Port-Cartier.

Des détenus, femmes et hommes, ont également contracté la COVID-19 dans ces deux établissements.

« À la lumière des conseils de l’Administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, de porter un masque facial non médical pour aider à réduire la propagation du coronavirus lorsque la distanciation sociale est difficile à maintenir, le syndicat vient d’être informé que des masques chirurgicaux seront disponibles pour tous les agentes et les agents correctionnels dans plupart de nos 49 établissements à partir du 7 avril 2020. Les agents correctionnels recevront un masque à porter lorsque les mesures de distanciation sociale ne pourront être respectées », a indiqué le syndicat, ajoutant que des masques seront également bientôt mis à la disposition des détenu (es).

Le syndicat préoccupé

Le syndicat craint toutefois que ses 7400 membres n’aient pas toujours accès aux équipements de protection individuelle.

Il demande que des mesures soient adoptées aussitôt qu’un nouveau cas est déclaré dans un établissement :

- que les détenus soient mis en isolement dans leur cellule le temps que le personnel de la santé publique et des services correctionnels recherche et avise les gens qui sont entrés en contact avec la personne infectée

- que seuls les agents et agentes qui n’ont eu aucun contact avec les personnes infectées entrent au travail

- que le personnel médical prenne la température de tout employé qui entre dans un pénitencier pour le début de son quart de travail

Le syndicat a aussi envoyé une lettre au ministre de la Sécurité publique du Canada, Bill Blair pour qu’un nombre suffisant de trousses de test soient envoyées dans chaque établissement pour que chaque personne à risque soit testée, une fois que la recherche des gens ayant été en contact avec un individu contaminé sera terminée.

« Service correctionnel Canada (SCC) signale les cas confirmés de COVID-19 qui nous sont divulgués par les employés. Nous vous assurons que ces employés sont en isolement chez eux et suivent les directives des autorités locales de la santé. Nous avons des mesures préventives en place pour effectuer une vérification active des employés avant de permettre à quiconque d’entrer dans nos établissements, en plus d’assurer une sensibilisation continue à la prévention », a écrit une porte-parole de SCC, Esther Mailhot, en réponse à des questions de La Presse.

Dans le système carcéral provincial, deux agents correctionnels affectés au Palais de justice de Montréal et un autre en poste à l'Établissement de détention de Saint-Jérôme ont contracté le coronavirus.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918 ou écrivez à drenaud@lapresse.ca