(Ottawa) Les autorités canadiennes en matière de santé publique suggèrent aux Canadiens de porter un masque non médical quand ils vont à l’épicerie ou s’ils utilisent le transport en commun afin de freiner la propagation de la COVID-19.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Cette mesure supplémentaire ne doit toutefois pas entraîner un relâchement dans le respect des directives relatives à l’éloignement social, le lavage fréquent des mains et le confinement à la maison, a averti l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam en conférence de presse.

Disant que les connaissances scientifiques évoluent au sujet du nouveau coronavirus, Mme Tam a indiqué que cette mesure vise à faire en sorte que les personnes asymptomatiques ne propagent pas le virus lors de leur déplacement.

Elle a précisé que l’utilisation de masques médicaux doit être réservée strictement aux travailleurs du monde hospitalier.

« Il a été prouvé que certaines personnes qui sont infectées peuvent transmettre le virus sans jamais présenter de symptômes. C’est ce qu’on appelle la transmission asymptomatique. […] Le comité consultatif spécial sur la COVID-19 a convenu d’un commun accord que le port d’un masque non médical, même si vous ne présentez aucun symptôme, est une mesure supplémentaire que vous pouvez prendre pour protéger les personnes dans votre entourage dans les situations où à l’épicerie », a indiqué la Dre Tam.

Elle a aussi tenu à rappeler qu’il n’a pas été prouvé que le port d’un masque non médical peut protéger la personne qui le porte.

« Le port d’un masque dans la communauté ne signifie pas que vous pouvez renoncer aux mesures de santé publique qui, nous le savons, permettent de vous protéger. Vous devez continuer à pratiquer l’éloignement physique et avoir une bonne hygiène comme vous lavez souvent les mains et désinfecter souvent les surfaces qui sont souvent touchées », a-t-elle ajouté.