Le Grand Nord du Québec se coupe presque complètement du reste de la province à partir d’aujourd’hui, dans l’espoir de freiner la propagation du coronavirus.

Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

Tous les vols réguliers vers le Nunavik et entre les 14 villages de la région sont annulés à partir de demain et jusqu’à nouvel ordre, a annoncé la Régie régionale de santé locale. Ces communautés ne sont pas accessibles autrement que par la voie des airs.

Les résidants du Nunavik qui se trouvent présentement à l’extérieur de la région ne pourront donc plus rentrer chez eux, sauf exception pour motifs humanitaires, a confirmé Dre Marie Rochette, directrice de la santé publique du Nunavik.

« On veut réduire le plus possible le mouvement à l’intérieur du Nunavik — d’une communauté à l’autre — et aussi avec le Sud », a dit Dre Rochette en entrevue. « Cette décision n’a pas été prise à la légère. Nous croyons que c’est le meilleur moyen de limiter la propagation. »

Jusqu’à maintenant, deux individus ont été déclarés positifs à la COVID-19 au Nunavik : une personne dans le village de Salluit et une autre dans le village de Puvirnituq. Les deux revenaient du sud du Québec.

Une région vulnérable

Les seuls vols dorénavant autorisés à atterrir dans le Grand Nord du Québec seront des vols d’approvisionnement en nourriture et en équipement, ainsi que des vols nolisés pour transporter les travailleurs essentiels, notamment des professionnels de la santé et des policiers.

Une propagation du coronavirus serait particulièrement dangereuse au Nunavik.

Une grave pénurie de logements oblige les Inuits à y vivre en étroite promiscuité, ce qui peut accélère la propagation de maladies infectieuses. La tuberculose est d’ailleurs un réel enjeu de santé dans la région, alors qu’elle a virtuellement disparu du reste de la province depuis des décennies.

Le nombre de fumeurs et le taux de maladies chroniques sont aussi plus élevés au Nunavik qu’ailleurs au Québec.

« C’est d’une part en raison de la vulnérabilité des personnes qui vivent ici et des conditions dans lesquelles ils vivent, et l’autre élément majeur c’est la vulnérabilité du système de santé », a expliqué Marie Rochette. « On n’a pas la capacité pour recevoir plusieurs personnes en soins intensifs ici. »

Un couvre-feu, actif de 21 h à 6 h, a été instauré dans les 14 villages de la région afin de limiter les contacts entre personnes.