Le propriétaire du supermarché IGA du Quartier Cavendish, un centre commercial de Côte-Saint-Luc, a annoncé la fermeture pure et simple de son magasin au grand public. Il se trouve au cœur de la zone la plus touchée par la COVID-19 dans l’île de Montréal, toutes proportions gardées.

Marie-Eve Fournier
Marie-Eve Fournier La Presse

Sur la page Facebook du supermarché, on précise que le magasin est « fermé temporairement » dans « le but de limiter les déplacements dans le secteur ». La publication a été mise en ligne le 29 mars.

L’IGA Cavendish précise toutefois qu’il accepte les commandes transmises par courriel (mais pas en ligne). Les achats pourraient être théoriquement récupérés au service à l’auto, mais le détaillant privilégie la livraison à domicile « pour éviter le plus possible les déplacements », indique la porte-parole d’IGA, Anne-Hélène Lavoie.

Nous avons tenté de joindre le supermarché par téléphone des dizaines de fois jeudi, mais personne n’a répondu.

Au siège social, on n'a pas voulu mettre La Presse en contact avec propriétaire du magasin, Daniel Kraft. Ainsi, il n'a pas été possible de lui demander si ses employés avaient exprimé des craintes particulières ou si son point de vente avait fait face à des défis singuliers.

Au siège social, on affirme que la fermeture « est un choix qui a été fait avec le propriétaire, car [Côte-Saint-Luc] est vraiment un hot spot ». Mme Lavoie n’a pas voulu parler des conséquences financières pour le marchand de cette décision hors du commun.

« C’est exagéré »

« Ça va trop loin de tout fermer ! Les risques sont contrôlés », juge sans détour Jean-Claude Dufour, expert en gestion de la distribution alimentaire et ex-doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval.

En limitant le nombre de clients pouvant simultanément faire leur épicerie, en contrôlant la distance entre les personnes dans les files d’attente et avec l’ajout de panneaux de plexiglas aux caisses, l’universitaire trouve la décision du IGA « est exagéré dans le contexte ».

Et, compte tenu du fait qu’il y a des zones plus à risque partout, il ne comprend pas trop « où est la force majeure » qui justifie une fermeture pour les clients. « Ce n’est pas comme si 10 employés étaient infectés… ».

Enfin, M.  Dufour trouve que la fermeture discrimine ceux qui n’ont pas accès à l’internet ou qui ne sont pas en mesure de faire leur épicerie sur un ordinateur. « On présume que toutes les personnes âgées sont capables ? »

Évidemment, les clients qui ne veulent ou ne peuvent pas faire leur commande par courriel devront se diriger vers d’autres supermarchés qui se retrouveront ainsi plus achalandés qu’à l’habitude.

Jeudi, Côte-Saint-Luc comptait presque quatre fois plus de cas de COVID-19 par habitant (453/100 000) que la moyenne montréalaise (128/100 000). Cela en fait le secteur de l’île le plus touché.

IGA assure que cette fermeture est la seule à l’heure actuelle parmi son vaste réseau de marchands à travers le Québec. Les autres grandes chaînes présentes au Québec, soit Metro/Super C et Provigo/Maxi, n’ont annoncé officiellement aucune fermeture au public dans leur réseau.