Ce n'est pas un, mais bien deux intervenants à l'emploi de la Direction de la protection de la jeunesse qui ont été déclarés positifs à la COVID-19 au cours des derniers jours, a appris La Presse. Deux autres possibles cas sont toujours sous investigation.

Katia Gagnon Katia Gagnon
La Presse

Les deux intervenants infectés oeuvrent dans la région montréalaise, mais dans des sites de travail différents. C'est du moins ce qu'on a annoncé aux employés au cours des derniers jours, lors de rencontres qui se sont tenues au CIUSSS Centre-sud-de l'île-de-Montréal. On a également indiqué aux employés que deux autres intervenants étaient en attente des résultats de leurs tests.

La première alerte était tombée en fin de semaine: une intervenante, qui oeuvre dans l'est de la ville, a été infectée par le coronavirus. Son état a causé « une vague d’inquiétude, je dirais même une certaine panique » chez ses collègues, estime Caroline Letarte-Simoneau, représentante nationale de l’Alliance du personnel professionnel et technique (APTS).

Dans une missive transmise mardi à tous les employés, le CIUSSS énonce que « certains de nos collègues se sont vus confirmer positifs à la COVID-19 à la suite d'un dépistage. » On précise cependant qu'à ce jour, les employés confirmés « revenaient de voyage ». Or, ce n'est pas l'information obtenue par le syndicat.

Cette première intervenante infecté n'avait pas voyagé ni été en contact avec un voyageur ou une personne infectée dans son entourage, dit Caroline Letarte-Simoneau. « Pour nous, cela s’apparente à une transmission de type communautaire. » L'intervenante oeuvrait à l’application des mesures, un service où des visites à domicile ont toujours lieu. « Il est possible qu’elle ait contracté la maladie dans le cadre de son travail. »

Les deux intervenants touchés sont chez eux, en isolement. Une enquête de « traçabilité » sera réalisée par le CIUSSS pour chacun de ces employés. On leur demandera la liste des personnes avec qui ils ont été en contact à moins de deux mètres pendant plus de quinze minutes. Les locaux où ils ont oeuvré sont actuellement fermés, en attente d'être décontaminés.

Chose surprenante, l'employeur indique cependant dans la missive transmise au personnel que si les employés infectés ne présentaient pas de symptômes, on pourrait tout de même leur demander de se présenter au travail.

« Dans le cas de services essentiels comme les nôtres, l'employé peut demeurer au travail avec le port du masque. Il n'y a aucune contre-indication à rencontrer la clientèle, toujours avec le port du masque. Vous serez donc appelés à côtoyer des collègues portant des masques au cours des prochains jours, semaines ou mois », précise la missive, signée par la Directrice de la protection de la jeunesse, Assunta Gallo, et Nathalie Bibeau, directrice des programmes jeunesse au CIUSSS.

Ces premiers cas de contamination à survenir dans le réseau de la DPJ à l’échelle du Québec viennent cristalliser les craintes du personnel à l'emploi des services sociaux, qui réclament depuis le début de l’épidémie d’avoir accès à davantage de matériel de protection.

« On a de la difficulté à avoir du Purrell, du savon pour les mains. À part un petit cordon à la réception, absolument rien n'a changé dans nos bureaux par rapport à la période pré-COVID », témoigne une intervenante, qui oeuvre dans l'un des bureaux touchés.

« Il n'y a pas de rehaussement de l'entretien ménager, pas de désinfection des salles, les visites supervisées continuent. Les seuls clowns qui se promènent encore partout sans équipements de protection et s'entassent les uns sur les autres dans des bureaux mal entretenus, c'est nous! », dit une autre intervenante qui oeuvre dans la grande région de Montréal.

Pour les intervenants qui se déplacent à domicile, la procédure impose maintenant de demander aux clients s’ils ont voyagé ou s’ils présentent des symptômes de la COVID-19. « Mais si l’usager répond non à toutes les questions, et qu’on arrive à domicile, puis qu’on est face à un autre scénario… qu’est-ce qu’on fait, compte tenu qu’on a très peu de matériel de protection ?  », demande Caroline Letarte-Simoneau.

Dans les différents services où le personnel se déplace chez la clientèle, seuls quatre ou cinq masques sont disponibles, pour plusieurs dizaines d’employés. « Depuis le début de la crise, les services sociaux sont oubliés. Et là, on se retrouve devant un premier cas. La crainte, c’est que ce bureau ne devienne un foyer de contagion. Et que ça mette en péril les services », dit la représentante de l'APTS.

Jusqu’à maintenant, l’APTS dit avoir eu peu de réponses concrètes de l’employeur. « On a posé beaucoup de questions. On n’a eu aucune assurance que les lieux de travail avaient été décontaminés. Il n’y a aucun protocole en place. Les intervenants de ce bureau doivent-ils informer la clientèle de ce qui se passe sur leurs lieux de travail sous forme d’une déclaration ? On a été bombardés de questions par nos membres », fait valoir Mme Letarte-Simoneau.