Chaque jour, nous répondons aux préoccupations des lecteurs.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Verra-t-on bientôt l’armée dans les rues de Montréal ?

Justin Trudeau a annoncé que des soldats des Forces armées canadiennes sont prêts à appuyer les provinces pour répondre à des situations d’urgence. Mais pour l’instant, le gouvernement du Québec a avancé que ce ne serait pas le cas dans un avenir rapproché. Les services policiers sont suffisants.

Dans quelles régions je ne peux pas aller ?

Le gouvernement du Québec demande de ne pas se promener d’une région à l’autre. Depuis samedi, il n’est pas possible d’entrer dans huit régions, ou d’en sortir, sauf si le déplacement est essentiel. Il s’agit du Bas-Saint-Laurent, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James.

J’aime bien faire une marche, mais je dois prendre des pauses de temps en temps. Ce n’est pas dangereux de s’asseoir sur les bancs ?

Pour le moment, le gouvernement n’a pas l’intention d’interdire aux gens de s’asseoir sur le mobilier urbain. Il est recommandé de se laver les mains dès votre retour à la maison. Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, suggère également de changer de vêtements.

Je vis dans une tour de plusieurs étages et je prends régulièrement l’ascenseur. Est-ce qu’il y a des règles à respecter dans les ascenseurs ?

Les ascenseurs ne font pas exception, il faut respecter la distance de deux mètres. Des gestionnaires d’immeubles ont commencé à mettre en place des mesures pour éviter la contamination, comme fermer les aires communes, et aussi limiter le nombre de personnes dans les ascenseurs au même moment.

J’habite à Montréal et mes voisins ne respectent pas les mesures de confinement. Que dois-je faire ?

Si vous êtes témoin d’une situation anormale, vous pouvez le signaler au 911. Des policiers sont affectés spécifiquement à la « perception du non-respect du décret gouvernemental », a expliqué le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron.