Après le Service de police de la Ville de Montréal il y a deux jours, c’est au tour du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) d’appliquer une mesure d’urgence pour mieux faire face à la pandémie de la COVID-19.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

La direction du corps de police en a fait l’annonce mardi à ses quelque 650 policiers par le biais d’une note interne dont La Presse a obtenu copie.

Cette procédure appelée « déclaration de l’état d’urgence » est prévue à l’article 904 de la convention collective des policiers du SPAL et permet notamment à la direction du corps policier de revoir les horaires de travail.

La direction du SPAL, en collaboration avec la Fraternité des policiers de Longueuil, entend adopter un horaire dont les quarts de travail seront de 12 heures, de façon à avoir une masse d’effectifs suffisante en même temps sur le terrain, et de permettre aux policiers et policières de bénéficier d’un répit de plusieurs jours par la suite, tout en pouvant s’isoler à la maison, avec les membres de leurs familles.

« L’application de cet article de la convention collective permettra d’effectuer avec efficacité et efficience notre travail sur le terrain, tout en disposant d’une plus grande flexibilité d’utilisation de nos effectifs. Cela nous permettra également d’assurer un service de qualité à nos citoyens, tout en soutenant les autorités de la santé publique. L’application de cet article permettra aussi à notre organisation d’éviter d’épuiser nos policiers et policières trop rapidement dans un contexte exceptionnel qui pourrait perdurer dans le temps », peut-on lire sur la note interne préparée par la direction du SPAL.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.