(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau assure les Canadiens qui tentent de rentrer au pays que le gouvernement tâche de trouver une façon de venir en aide «au plus grand nombre» de voyageurs possible.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« On est en train de regarder l'énorme montant de demande qui rentre de partout dans le monde [...] On est en train de faire un tri », a-t-il affirmé en conférence de presse devant sa demeure de Rideau Cottage, jeudi.

« J'ai parlé aux dirigeants d'Air Canada et de WestJet [mercredi] soir, et on a souligné qu'on va travailler ensemble pour essayer de rapatrier d'urgence le plus grand nombre de Canadiens possible », a spécifié le premier ministre.

« On est conscients que ce sera un défi », a-t-il ajouté lorsqu'on lui a demandé de répéter sa réponse en anglais. Sans avoir de nombre précis de Canadiens qui se trouvent présentement à l'extérieur du pays, Ottawa estime qu'ils sont environ trois millions.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a quantifié l'ampleur de l'opération rapatriement en entrevue avec La Presse, jeudi: Affaires mondiales Canada a reçu près de 14 000 courriels et 10 000 appels à l’aide de Canadiens qui se trouvent à l’étranger.

« C’est l’opération de rapatriement la plus importante de l’histoire du pays », a dit le diplomate en chef du Canada, qui a annoncé jeudi s'être placé en isolement volontaire en attendant les résultats d'un test de dépistage qu'il a subi par mesure de précaution.

Le Canada a exhorté ses ressortissants à rentrer au pays pendant qu’il en est encore temps. Mais nombre d’entre eux sont pris au dépourvu, n’arrivant pas à dénicher un vol de retour – et la situation ne risque pas d’aller en s’améliorant, les transporteurs clouant leurs aéronefs au sol.

Le premier ministre n’a pas été en mesure de fournir de précisions sur le cas de ces dizaines de Canadiens pris sur un bateau de croisière près de Marseille, en France, sur lequel des cas de la COVID-19 ont été confirmés.

Et il n'a pas voulu jeter la pierre à ces Canadiens ayant fait fi des avis de santé publique, se sont envolés vers l'étranger alors que la menace de cette pandémie mondiale de COVID-19 était bien claire - l'État doit-il quand même délier les cordons de sa bourse pour les rapatrier?

« Ce qu'on est en train de faire maintenant, c'est d'essayer d'aider tous les Canadiens. On ne va pas porter de jugement sur les gens, on va essayer simplement de les aider. C'est pour ça qu'on est en train de travailler avec les transporteurs aériens », s'est contenté d'offrir Justin Trudeau.

Frontière canado-américaine bientôt fermée

La frontière entre le Canada et les États-Unis doit fermer d'ici environ un jour et demi, a signalé le premier ministre: « On est encore en train de finaliser les détails avec les Américains, mais on s'attend à ce que les mesures prennent effet probablement dans la nuit de vendredi à samedi. »

Dès lors, les voyages non essentiels seront prohibés jusqu’à nouvel ordre, pour une période minimale de 30 jours, selon l’accord conjoint entre les deux voisins. On a toutefois prévu des exemptions, dont pour les travailleurs étrangers temporaires et les travailleurs munis d'un visa.

Depuis mercredi, à midi, la frontière du Canada est fermée aux visiteurs étrangers. Un sursis avait alors été laissé aux Américains, mais mercredi, Justin Trudeau a annoncé qu’il leur serait bientôt interdit, à eux aussi, de fouler le sol canadien pour des raisons non essentielles.

Chemin Roxham

La vice-première ministre Chrystia Freeland a pour sa part annoncé que tous les demandeurs d'asile qui arrivent au Canada en traversant la frontière avec les États-Unis de façon irrégulière seront désormais placés en isolement.

PHOTO JUSTIN TANG, LA PRESSE CANADIENNE

Chrystia Freeland

« Nous nous sommes entendus [pour] loger temporairement, à partir de demain [vendredi], tous les demandeurs d'asile afin de s'assurer qu'ils soient tous isolés pendant 14 jours, comme toute autre personne qui entre au pays devrait faire », a-t-elle déclaré en conférence de presse.

À ses côtés, l'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a dressé le plus récent bilan des cas de COVID-19: il y en a 772 à l'échelle du pays, et neuf personnes sont mortes des suites de la maladie.

Il s'agit d'une augmentation importante; en l'espace de 24 heures environ, on est passé de 598 à 772 cas. Le nombre de personnes qui ont par ailleurs subi un test de dépistage atteint les 55 000, a dit la Dre Tam, jeudi.

Appel aux dons de sang

Le premier ministre a profité de sa conférence de presse pour lancer un appel aux dons de sang, comme l'avait fait avant lui son homologue québécois François Legault.

Il a également tenu à lever son chapeau à tous les professionnels de la santé qui travaillent d'arrache-pied pour contrer la propagation du nouveau coronavirus.

Justin Trudeau en est à sa première de deux semaines d’isolement volontaire, avec ses enfants, à sa demeure de Rideau Cottage. Sa femme Sophie, qui a contracté la COVID-19, est dans la même résidence, mais en quarantaine.