Manon, Maryse, Lili, Julie, Johanna, Jocelyne, Claudia, Katherine, Killy-Anne, Hélène, Vanessa… Plus de 7000 personnes, en grande majorité des femmes, ont fait parvenir leur CV au ministère de la Santé et des Services sociaux dans les derniers jours pour prêter main-forte au personnel soignant pendant la pandémie de COVID-19.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

« Je me sentais coupable de ne rien faire alors que tout le monde frôle l’épuisement dans le réseau de la santé », avoue Manon Lachance, enseignante en soins infirmiers.

« Je suis de la belle main-d’œuvre ! lance Maryse Bouchard, infirmière, spécialisée en soins de pieds. Je suis en santé, je n’ai pas voyagé récemment, j’ai déjà fait la job de préposée, je peux faire de la prévention, appeler les familles. »

« Les gens ont du travail par-dessus la tête, ajoute Lili St-Laurent, étudiante. Si je pouvais alléger leurs tâches, j’aimerais ça. On est tous dans le même bateau. »

« Il faut se serrer les coudes pour traverser cette crise », renchérit Hélène Garceau, qui travaille comme infirmière au privé.

Le 15 mars, le ministère de la Santé a invité toute personne ayant de l’expérience ou une formation en santé ou en services sociaux et qui souhaite offrir son aide pendant la crise de la COVID-19 à communiquer avec ses équipes.

Les réponses sont parvenues en grand nombre et continuent à arriver de partout au Québec : des infirmières du secteur privé, des retraités, mais aussi des enseignants et des étudiants.

« À 11 h, nous étions à près de 6600 offres, et maintenant à 15 h, un peu plus de 7000 », a précisé lundi Robert Maranda, porte-parole du ministère de la Santé.

« Les équipes ministérielles analysent toutes les candidatures et les communiqueront aux établissements des régions concernées. Pour l’instant, il n’est pas possible de fournir une synthèse des professions et des régions, mais elles sont nombreuses. »

L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) poursuit, de son côté, ses discussions avec l’Office des professions du Québec afin de mettre sur pied une procédure pour les retours à la profession.

Pas de réponses

En attendant, tous les volontaires à qui La Presse a parlé attendaient des réponses à leur offre de service.

« Dans tout ce brouhaha, j’ai téléphoné directement parce que je ne savais pas trop comment m’y prendre », précise Manon Lachance, infirmière de formation, qui enseigne en soins infirmiers à Sorel-Tracy. Les établissements scolaires étant fermés jusqu’à nouvel ordre, Mme Lachance n’a pas de travail.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Manon Lachance

« On m’a dit qu’on allait me rappeler, ajoute-t-elle. Ce n’est pas fini, cette affaire-là. Le personnel était déjà à bout de souffle. Deux semaines avant les premiers cas de COVID-19, il y a eu une épidémie d’influenza en Montérégie. »

Maryse Bouchard attend elle aussi des nouvelles du ministère de la Santé.

Elle a envoyé un courriel dimanche soir, en prenant soin de fournir les informations demandées. Mme Bouchard est infirmière, spécialisée dans les soins de pieds aux personnes âgées dans les CHSLD depuis 25 ans. Or, dans l’espoir de contrer l’épidémie de coronavirus, les centres intégrés de santé et de services sociaux limitent depuis peu les visites aux patients dans les établissements du réseau.

« J’ai décidé de suspendre ma pratique et j’ai laissé mon nom à la directrice du CHSLD Côte Boisée de Terrebonne », fait-elle savoir.

A-t-elle peur de contracter la COVID-19 ?

« Non, mais c’est sûr que le masque est de rigueur. »

Infirmière depuis plus de 30 ans, Hélène Garceau travaille dans une clinique de perfusion quatre jours par semaine, en Estrie.

J’ai une ou deux journées par semaine où je pourrais aller aider. Il faut appuyer le personnel de la santé et se serrer les coudes pour traverser cette crise. Je ne suis certainement pas la seule qui a répondu “oui” à l’appel du Ministère.

Hélène Garceau, infirmière dans une clinique de perfusion

À Sherbrooke, plus de 20 infirmières sont recherchées pour répondre au 8-1-1, la ligne vouée au coronavirus, a-t-elle entendu dire. « Peu importe les heures demandées, je suis prête à faire un effort supplémentaire. »

Killy-Anne Lafrance Bellemare, en congé de maternité, a aussi répondu à l’appel du Ministère. Elle aimerait reprendre son boulot de préposée aux bénéficiaires quelques jours par semaine, si elle n’est pas pénalisée par le Régime québécois d’assurance parentale.

« J’ai des collègues qui me disent que la situation n’est pas facile. C’est sûr que ça me touche. »

Mme Lafrance Bellemare a fait parvenir un courriel dimanche à l’adresse jecontribuecovid19@msss.gouv.qc.ca.

« Peu importe l’aide que je peux apporter, je vais le faire. »

Lili St-Laurent souhaite aussi apporter sa contribution. Étudiante en soins infirmiers, elle va décrocher son diplôme dans un an, mais elle peut travailler comme préposée aux bénéficiaires dès « demain matin ». « Mes études me le permettent », précise la jeune femme, qui n’a plus de cours depuis que les écoles sont fermées.

Il y a même des gens dépourvus d’expérience ou de formation en santé qui souhaitent offrir leur aide pour ralentir la propagation du coronavirus. C’est le cas d’Olena Zamkova, qui travaille dans le milieu de l’hôtellerie et du tourisme, à Montréal.

« J’ai des qualifications et des compétences pour contribuer à gérer cette crise sans précédent », affirme cette Lavalloise qui a de la famille en Italie, le pays d’Europe le plus gravement touché par la pandémie de coronavirus avec plus de 2000 morts.

« Je veux aider ! »