(Ottawa) La crise de la COVID-19 n’empêchera pas la course à la direction du Parti conservateur de suivre son cours normal, à quelques aménagements près.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le comité organisateur de l’élection du chef (COEC) fait – à tout le moins pour l’instant – la sourde oreille à certains candidats qui réclamaient une interruption des hostilités en raison du contexte actuel.

« À ce jour, le COEC et le parti sont convaincus que toutes les règles, dates clés et étapes peuvent être respectées pour continuer la course », a déclaré par voie de communiqué le directeur des communications du parti, Cory Hann, lundi.

« En tant que parti d’opposition officielle du Canada, nous avons un rôle important à jouer en matière de démocratie. Nous devons à la population canadienne d’élire le chef ou la cheffe de la loyale opposition de Sa Majesté dans les délais que nous avons annoncés », a-t-il ajouté.

On apportera toutefois certains aménagements : par exemple, les deux débats ne se tiendront pas devant public. Les joutes oratoires du 17 avril (en anglais) et du 23 avril (en français) seront diffusées en direct sur le web.

Des candidats à la chefferie avaient interpellé le comité en lui demandant de se pencher sur la possibilité de suspendre la course, ou encore d’en freiner un peu le rythme.

L’un d’eux, le Québécois Rudy Husny, a plaidé dimanche que « notre pays est plongé dans une crise de santé publique », et que « les Canadiens s’inquiètent pour leur santé, celle de leurs êtres chers, et pour le bien-être économique de leur famille ».

« Je ne crois pas que solliciter nos membres en ce moment soit la bonne chose à faire, nous aurons l’air franchement déconnectés », a-t-il argué dans une missive envoyée au comité, réclamant officiellement une suspension de la course.

Une autre qui brigue la succession d’Andrew Scheer à la barre du parti, l’élue ontarienne Marilyn Gladu, est du même avis. Elle avait demandé il y a quelques jours d’appuyer sur le bouton pause.

De son côté, Rick Peterson a annoncé lundi qu’il cesserait de solliciter des dons pour une période indéterminée. Car « peu importe à quel point cette course est importante, la santé et le bien-être économique des familles passe en premier », a-t-il plaidé.

Le camp Peterson réclame également de repousser la date butoir pour amasser 3000 signatures et allonger 300 000 $ du 25 mars au 17 avril, sans toucher à la date prévue du choix du prochain chef, qui a été fixée au 27 juin prochain.

Les deux présumés meneurs de la course, Peter MacKay et Erin O’Toole, ont tous deux choisi de se tenir à l’écart des foules et de privilégier le téléphone et les réseaux sociaux pour faire campagne, mais ils n’ont pas mis fin à leurs activités de financement.

Leurs équipes continuent à faire parvenir des courriels pour solliciter des dons sur une base régulière.

Le comité est coprésidé par l’ancienne députée et ministre conservatrice Lisa Raitt, qui a été battue aux dernières élections, ainsi que par Dan Nowlan, qui avait supervisé la plus récente course à la direction, en 2017.