La situation entourant la pandémie de COVID-19 évolue constamment, et de nouvelles mesures sont annoncées presque chaque jour. Retrouvez ici les principales sources d’information qui répondent à la plupart des questions

Judith Lachapelle Judith Lachapelle
La Presse

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

>>> Abonnez-vous à notre infolettre

PRÉCAUTIONS À PRENDRE

Quelles précautions dois-je prendre ?

Il faut savonner ses mains au moins 20 secondes avec de l’eau tiède, puis les sécher avec une serviette propre. Vous pouvez également utiliser un désinfectant à base d’alcool si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon. Le lavage des mains doit se faire après avoir manipulé des sécrétions respiratoires ou avoir touché à des surfaces possiblement contaminées et avant de toucher son visage ou celui de ses enfants.

Limitez tout contact avec des personnes présentant des symptômes ou de retour de voyage depuis moins de 14 jours.

Soyez attentif à l’apparition de tout symptôme respiratoire.

Combien de temps la COVID-19 survit-elle sur des objets ?

En général, le virus ne survit pas longtemps sur les objets : trois heures environ sur les objets avec des surfaces sèches ; 6 jours sur des objets avec des surfaces humides. Pour plus d'information, consultez cette page du site du gouvernement du Canada.

Le port du masque est-il efficace ?

Les masques ne constituent pas un outil de protection efficace pour la population générale au Québec. Leur utilisation est plutôt indiquée pour les patients chez qui une infection est soupçonnée ainsi que pour les professionnels de la santé qui les soignent.

Dois-je éviter tout lieu public ?

Chaque personne est invitée à limiter au maximum la durée de ses présences dans les lieux publics. Si une personne se rend dans un lieu public, elle est invitée à respecter les consignes sanitaires habituelles.

Les animaux peuvent-ils transmettre la COVID-19 ?

Au Québec, aucune évidence ne suggère un risque d’infection des humains par les animaux ou par des produits animaux. il n’existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d’élevage jouent un rôle dans la propagation du virus.

Si je commande de la nourriture pour emporter, est-ce que je pourrais être infecté par le coronavirus si le cuisinier, par exemple, est contagieux ? Combien de temps le virus peut-il survivre sur la nourriture préparée ?

Aucune étude n'a encore démontré que le coronavirus pouvait se transmettre par la nourriture. Mais les coronavirus, de façon générale, peuvent survivre plusieurs heures sur les fruits et les légumes, ce pourquoi il faut bien les laver. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) rappelle quand même que l'emballage peut comporter sa part de risque puisqu'il est possible de contracter la COVID-19 en touchant une surface où se trouve le virus, puis en portant la main à sa bouche, à son nez ou à ses yeux. Alors, si vous commandez de la nourriture, mieux vaudrait la mettre dans une assiette propre sans la toucher avec vos mains, jeter l'emballage, bien vous laver les mains et manger avec des ustensiles propres.

Consultez l'article Comment éviter le coronavirus au restaurant

PERSONNES AVEC SYMPTÔMES

Où dois-je appeler si j’ai des symptômes ?

Il faut appeler le 1-877-644-4545 pour obtenir un rendez-vous de dépistage en cas de symptômes respiratoires.

Pour autoévaluer vos symptômes, vous pouvez aussi consulter cette appli du gouvernement du Canada.

Comment protéger les membres de ma famille si j’ai des symptômes ?

Il est recommandé que les adultes malades s’isolent dans une pièce, si un autre adulte peut prendre soin des enfants de la maison. Idéalement, cette personne ne devrait pas partager la même salle de bain que le reste de la famille.

Il est important que le reste de la famille demeure en isolement à la maison. Les jeux à l’extérieur entre frères et sœurs sont toutefois permis.

Portez une attention particulière aux surfaces qui pourraient être infectées. Par exemple, bien nettoyer toutes les surfaces que l’on manipule souvent : poignées de porte, robinets, comptoirs.

Consultez les « Guide autosoins » préparé par le gouvernement du Québec.

On parle beaucoup de colchicine et de chloroquine. Puis-je en prendre pour me protéger contre la COVID-19 ?

Non. Jusqu'à maintenant, la communauté scientifique n'a trouvé aucun médicament efficace pour traiter la COVID-19. Des essais cliniques, notamment concernant la chloroquine, sont en cours. De façon générale, il est extrêmement dangereux de s'automédicamenter. Un homme est mort en mars aux États-Unis en ingérant un dérivé de la chloroquine.

Vous avez des symptômes ou besoin d’informations ?

Québec – Ligne d’information générale COVID-19: 1-877-644-4545

Canada – informations sur la COVID-19: 1-833-784-4397

QUESTIONS SUR LES ENFANTS

Que faire si mon enfant ressent des symptômes ?

Il faut appeler le 1-877 644-4545 pour obtenir un rendez-vous de dépistage. Toute la famille doit rester en isolement à la maison. Les frères et sœurs doivent multiplier les lavages de mains. Les jouets doivent être régulièrement nettoyés. L’enfant peut jouer à l’extérieur, mais uniquement avec ses frères et sœurs et en présence d’adultes. Appelez le 911 si l’état de votre enfant nécessite une intervention immédiate.

Quels sont les symptômes chez les enfants ?

Ils s’apparentent à ceux de la grippe, explique le CHU Sainte-Justine sur son site. De la toux, de la fièvre, la gorge irritée, de la difficulté à respirer. Les symptômes sont les mêmes que chez les adultes. En revanche, les statistiques démontrent que les enfants qui ont contracté le virus souffrent de symptômes bénins. La gravité de la maladie augmente avec l’âge. Cela dit, les enfants demeurent contagieux, et ce, même si leur état général est bon et qu’ils ont de l’énergie. Leur entourage doit donc demeurer vigilant afin de limiter les risques de contracter le virus et de devenir gravement malade. La COVID-19 peut être particulièrement grave chez les personnes âgées.

Puis-je laisser mes enfants jouer avec un ou deux amis ?

«Plus le temps passe, plus on recommande de rester à la maison et d’éviter les contacts avec d’autres personnes, et ça inclut les enfants», nous disait en entrevue à la mi-mars le DAlex Carignan, infectiologue. «Les contacts étroits entre enfants sont à éviter le plus possible. On sait que le risque de complications est moindre chez les enfants, mais ils peuvent être des vecteurs de transmission de la COVID-19. Donc, le jeu avec les amis est à éviter, même à l’extérieur.»

Mon enfant a un déficit immunitaire. Quelles précautions prendre ?

Les données à ce jour ne semblent pas démontrer une augmentation du risque de maladie sévère chez les personnes immunocompromises, mais pour un avis médical précis, il faut parler à son médecin traitant. Il faut, bien sûr, tenter d’éviter l’infection. Si vous ou votre conjoint/e contracte la COVID-19, il serait alors important de vous assurer que cet adulte puisse s’isoler dans une chambre, qu’il porte un masque, s’il se trouve à l’extérieur de la chambre, qu’il se lave rigoureusement les mains après tout contact avec des sécrétions respiratoires et qu’une distance de deux mètres sépare la personne malade de l’enfant.

Que dire aux enfants ?

Il faut éviter de laisser les enfants écouter les informations. Même entre 6 et 12 ans, les parents devraient filtrer ce que les enfants écoutent et veiller à ne pas leur montrer d’images angoissantes, selon la Dre Evangelia Lila Amirali, médecin-psychiatre et chef du département de psychiatrie au CHU Sainte-Justine. Il faut par contre, comme parents, se montrer très ouverts à toutes leurs questions et y répondre sans fausses promesses qu’on ne peut pas tenir, ajoute-t-elle. La psychologue Geneviève Beaulieu-Pelletier rappelle que les enfants écoutent ce que les adultes se disent « et ils captent aussi toutes les émotions ».

POUR EN SAVOIR PLUS: Consultez le site du CHU Sainte-Justine

Je fais une garde partagée avec mon ex-conjoint, mais l’entente entre nous n’est pas entérinée par un tribunal. Or, mon ex-conjoint habite dans une région qui est maintenant fermée pour éviter que se propage davantage la COVID-19. Nos enfants pourront-ils continuer de vivre en alternance dans nos deux maisons ?

Au départ, le gouvernement n’avait pas prévu cette situation, son premier arrêté – celui du 28 mars – ne couvrant que les jugements rendus par le tribunal, explique Me Alain Roy, spécialiste en droit de la famille. Le 1er avril, le gouvernement a précisé que les parents qui n’ont pas de jugement de garde, mais une simple entente peuvent eux aussi continuer de se déplacer entre deux régions sociosanitaires pour que l’exercice de la garde partagée ou des droits d’accès puisse se poursuivre.

C’est au tour de mon ex-conjoint d’avoir notre enfant. Or, il travaille dans le réseau de la santé. Puis-je refuser de continuer la garde partagée ?

Le fait que l’un des deux conjoints travaille dans le réseau de la santé n’est pas suffisant pour suspendre une garde partagée, signale Me Alain Roy. Il faudrait que démonstration soit faite que le parent est carrément négligent, qu’il laisse traîner son sarrau à la maison et qu’il ne porte pas de masque à l’hôpital, par exemple.

C’est au tour de mon ex-conjoint d’avoir notre fils, qui souffre de graves problèmes pulmonaires. Or, mon ex-conjoint ne se lave jamais les mains, ne pratique pas la distanciation sociale et continue de voir des amis. Je m’inquiète pour mon enfant. Que devrais-je faire ?

Le parent peut garder l’enfant avec lui dans la mesure où le comportement négligent de l’autre parent expose effectivement l’enfant à un préjudice concret et réel. Idéalement, le mieux serait d’obtenir du tribunal une confirmation de cette décision. Il est à noter qu’il faut des circonstances exceptionnelles comme celles que l’on retrouve ici pour justifier une dérogation au jugement ou à l’entente. Un parent ne peut pas simplement profiter de la crise que l’on vit actuellement pour s’en soustraire unilatéralement, fait observer Me Alain Roy.

J’ai perdu mon emploi. Dois-je continuer de verser une pension alimentaire pour enfant ?

Vous ne pouvez pas tout simplement arrêter de payer la pension alimentaire pour enfant, même si la somme était prélevée directement de votre paye. Si vous avez perdu votre emploi, vous pouvez verser la somme directement à Revenu Québec par un ordre de paiement. Vous pouvez aussi vous entendre avec votre ex-conjoint pour tenter d’ajuster le montant de la pension alimentaire si votre situation financière a changé, note Éducaloi. La médiation peut vous aider à vous entendre.

Les tribunaux en droit de la famille sont-ils toujours ouverts ?

Les juges continuent d’entendre des causes en droit de la famille, mais seulement s’il s’agit d’une urgence, s’il est question de la garde des enfants ou de la pension alimentaire, selon Éducaloi. Si vous deviez vous présenter à la cour sous peu – sans qu’il s’agisse d’un procès – ou si votre jugement temporaire arrive à échéance, communiquez avec votre avocat ou appelez au 1 866 536-5140.

QUESTIONS SUR LES PERSONNES ÂGÉES

Est-il vrai que les personnes âgées de 70 ans et plus ne devraient pas aller dehors pour une marche ?

«Ce que l’on doit éviter, ce sont les contacts étroits entre personnes», dit le Dr Alex Carignan. «Il n’y a pas de risque de contracter la maladie au grand air. Il peut même être salutaire de sortir prendre l’air dans ce contexte d’isolement social, tout en gardant évidemment une distance de deux mètres entre les personnes.» Par contre, les personnes résidant en CHSLD, en ressource intermédiaire, de type familial pour les aînés et en résidence privée pour aînés sont invitées à rester dans leur milieu de vie, sauf en cas de nécessité ou d’exception, comme pour se présenter à un rendez-vous médical essentiel. Ces personnes doivent être sous supervision.

Que faire si une personne âgée refuse de faire attention ?

La FADOQ insiste auprès des personnes âgées qui refusent de se plier à la demande de confinement du gouvernement du Québec : la situation est sérieuse et il faut respecter cette demande.

Ces consignes ont été données pour le bien des aînés, pour leur santé, eux qui peuvent être plus vulnérables à la COVID-19.

Est-il possible d’aller livrer de la nourriture ou des biens essentiels à des personnes qui sont dans les hôpitaux, les CHSLD, les ressources intermédiaires de type familial pour les aînés et les adultes vulnérables et les résidences privées pour aînés ?

Il est possible d’aller livrer de la nourriture ou des biens essentiels dans des hôpitaux ou des résidences pour personnes âgées en évitant tout contact avec les personnes qui y sont et en quittant immédiatement après avoir remis la nourriture ou les biens à un membre du personnel à l’accueil.

En tout temps, il importe de conserver une distance entre les personnes, d’éviter les contacts directs et de respecter les règles d’hygiène habituelles lorsque vous toussez ou éternuez.

Je suis un grand-parent qui veut garder ses petits-enfants pendant que les parents travaillent ou font du télétravail. Est-ce une bonne idée ?

Bien que les grands-parents soient souvent sollicités à titre de gardiens de dépannage pour leurs petits-enfants, le gouvernement du Québec demande aux familles, dans le contexte actuel, de trouver des solutions alternatives qui n’impliquent pas des grands-parents qui sont âgés de plus de 70 ans ou qui sont malades.

Consultez la section à ce sujet sur le site du gouvernement du Québec

Consultez le site de la FADOQ

FEMMES ENCEINTES

Je suis enceinte. La COVID-19 présente-t-elle un risque pour ma grossesse ?

Normalement pas. Il y a eu cette exception d’un bébé, à Londres, qui est né cette semaine avec la COVID-19. Mais normalement, une femme enceinte ne semble pas pouvoir transmettre le virus à son bébé pendant la grossesse. Si vous êtes enceinte et croyez avoir contracté la COVID-19 (vous éprouvez des symptômes et êtes de retour de voyage ou vous avez été en contact avec une personne infectée), il est recommandé de contacter le 1877 644-4545 afin d’obtenir un rendez-vous de dépistage et d’aviser immédiatement le professionnel de la santé qui effectue votre suivi de grossesse.

Consultez le site du CHU Sainte-Justine

BÉBÉS ET ALLAITEMENT

Puis-je allaiter mon bébé si j’ai des symptômes ?

Oui, si tel est votre souhait et que vous vous sentez assez en forme pour le faire. La COVID-19 ne se transmet pas par le lait maternel. Vous devez toutefois prendre les précautions suivantes :

-Lavez vos mains rigoureusement avant d’allaiter

-Portez un masque

-Changez vos vêtements pour éviter que votre bébé ne soit en contact avec des sécrétions

-Lavez vos seins si vous croyez qu’ils ont pu être en contact avec des sécrétions

Entre les allaitements, gardez une distance de deux mètres entre vous et votre bébé.

VOYAGES ET DÉPLACEMENTS

Je suis de retour de voyage. Puis-je sortir ?

Un isolement de 14 jours est imposé à toutes les personnes qui reviennent de l'étranger. Cet isolement vise autant les voyageurs malades ou qui ressentent des symptômes que ceux qui n’en ont pas et qui sont en parfaite santé. Les personnes qui sont en isolement doivent rester à la maison, surveiller leurs symptômes et appeler au 1-877-644-4545 si elles ont de la toux ou de la fièvre. «En aucun temps», martèle le gouvernement, «ces personnes ne doivent sortir à l’extérieur, et ce, même pour prendre une marche.»

Pourrai-je me faire rembourser les dépenses déjà encourues pour un voyage à l’étranger que je dois annuler ?

Pour l’instant, il n’y a pas de programme prévu pour le remboursement des programmes de voyage à l’étranger. Chacun doit voir avec son agence de voyages ou son assurance-voyage.

Ma mère âgée et ma belle-sœur habitent à proximité et elles ont l'habitude de marcher ensemble. Peuvent-elles continuer de se voir ?

Si vous rejoignez ou croisez une connaissance lors d'une sortie extérieure, limitez le nombre à deux pour éviter un attroupement et restez éloignés. Le premier ministre recommande les sorties extérieures ponctuelles : « C'est possible d'aller prendre une marche. C'est même bon pour la santé, bon pour le moral. Il faut juste rester à deux mètres – ceux qui ont les anciennes mesures, c'est six pieds – des autres personnes. »

Je suis actuellement à mon chalet. Devrais-je y rester ou rentrer à mon domicile ?

Le premier ministre Legault a demandé aux Québécois de limiter au maximum les déplacements entre les différentes régions du Québec. En réponse à une question portant précisément sur les Montréalais qui se trouvent actuellement dans leur résidence secondaire, il a suggéré à ces derniers de rester sur place si c'était possible pour eux. L'accès à certaines régions a également été limité et des barrages routiers ont été érigés pour s'assurer que les gens qui s'y déplacent le font pour des raisons essentielles.

Consultez l'avis du gouvernement concernant les déplacements entre régions.

Je reviens de voyage. Une fois terminée ma quarantaine de 14 jours, puis-je reprendre ma vie d'avant ?

Non. Le gouvernement du Québec demande à tous les Québécois de limiter au maximum leurs interactions physiques : pas de souper de famille, pas de séance de jeu avec les voisins, pas de partys entre adolescents. Si vous avez 70 ans et plus, n'allez pas à l'épicerie vous-même. Si vous avez moins de 70 ans, offrez votre aide à vos voisins et vos proches plus âgés. Vous pouvez marcher à l'extérieur, sauf si vous ressentez des symptômes (toux, fièvre, difficultés respiratoires).

HÔPITAUX

Faut-il se rendre aux rendez-vous prévus ?

Il est plus prudent de tenter de se faire confirmer son rendez-vous avant de se déplacer. Le gouvernement a autorisé les médecins à effectuer des consultations téléphoniques pour plusieurs situations, évitant ainsi des déplacements inutiles aux patients. Si le rendez-vous est maintenu, votre médecin pourra vous informer de la meilleure façon de minimiser vos risques de contracter le virus.

Une amie est hospitalisée. Puis-je lui rendre visite ?

Les hôpitaux interdisent présentement les visites, sauf pour des motifs humanitaires, comme la fin de vie. Plusieurs personnes hospitalisées se retrouvent donc isolées et ont grand besoin de coups de fil, tout comme les personnes âgées.

On demande aux gens de donner du sang. Doit-on être testé pour la COVID-19 avant de procéder ?

Non, mais Héma-Québec a mis en place des mesures supplémentaires dans ses centres de prélèvements, et le questionnaire d'admissibilité est plus détaillé. Sur son site internet, l'organisme indique que « le niveau de risque de la COVID-19 demeure faible en matière transfusionnelle. À ce jour, il n'y a aucune preuve que ce virus est transmissible par transfusion. La transmission par transfusion d'un virus respiratoire incluant la COVID-19 n'a en effet jamais été documentée ». Par contre, vous ne pouvez pas donner du sang si vous avez mal à la gorge, notamment. Il s'agit de l'une des restrictions habituelles.

RÉFÉRENCES GÉNÉRALES

Deux points de rendez-vous incontournables

Des dernières consignes livrées par les autorités de santé publique aux mesures de soutien aux travailleurs, toute l’information gouvernementale se concentre sur deux points de rendez-vous principaux, l’un pour le Québec, l’autre pour le Canada.

Consultez la page de la COVID-19 au Québec

Consultez la page de la COVID-19 au Canada

Sources : gouvernement du Québec, CHU Sainte-Justine, FADOQ, gouvernement du Canada

Note aux lecteurs : la situation concernant la pandémie du COVID-19 évolue constamment. Nous faisons de notre mieux pour mettre nos textes à jour au fur et à mesure que de nouvelles mesures gouvernementales et de nouvelles données scientifiques sont publiées. Si vous constatez une erreur, merci de la signaler à l’auteur du texte.