(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a reçu vendredi les remerciements des premiers ministres des provinces pour un financement fédéral de 11 milliards visant à faire face à l’impact économique et sanitaire du nouveau coronavirus qui se propage rapidement — mais il s’est aussi fait dire qu’il en faudrait beaucoup plus pour surmonter la crise.

Joan Bryden
La Presse canadienne

M. Trudeau, qui est en situation d’isolement après que sa femme eut été déclarée positive pour la COVID-19, a tenu une conférence téléphonique de 90 minutes avec les dirigeants provinciaux et territoriaux.

La rencontre d’une journée devait initialement se tenir en personne.

Pendant que les premiers ministres discutaient par téléphone, le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé publiquement que le gouvernement fédéral mettait 10 milliards à la disposition des entreprises grâce à un programme de facilité de crédit.

Cela s’ajoute au milliard de dollars annoncé la semaine dernière pour les systèmes de santé provinciaux, la recherche, l’équipement de protection, le soutien aux travailleurs et aux entreprises et la stabilisation économique.

Plusieurs premiers ministres ont salué ces mesures, mais ont déclaré qu’il faudrait en faire plus.

« À notre avis, ce sont des mesures prudentes et nécessaires, mais ce ne sont probablement que les premières étapes de ce qui sera finalement nécessaire pour protéger la santé publique, la sécurité, les emplois et l’économie », a déclaré le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, lors d’un point de presse après la conférence téléphonique.

Il a suggéré que « des mesures de relance économique fédérales vigoureuses » seront nécessaires à une échelle similaire à celle prévue pendant la crise financière de 2008, que M. Kenney a évaluée à approximativement 2 % du PIB, soit environ 40 milliards.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a salué l’annonce de milliards de dollars d’aide par Ottawa, mais a également déclaré que davantage était nécessaire.

« Je me suis joint à mes collègues premiers ministres pour faire pression sur le gouvernement fédéral concernant la nécessité de rassurer les entreprises canadiennes et les familles canadiennes en cette période d’incertitude économique », a affirmé M. Ford dans un communiqué après la conférence téléphonique.

« Nous exhortons le gouvernement fédéral à travailler avec les provinces pour mettre en œuvre les mesures de relance budgétaire nécessaires pour maintenir la stabilité et la confiance dans l’économie canadienne. »

Un communiqué commun publié tard vendredi par les premiers ministres indique que tant le gouvernement fédéral que les gouvernements provinciaux ont la volonté de dépenser ce qui sera nécessaire pour relancer l’économie en difficulté.

« Le risque d’un ralentissement économique à l’échelle du pays et au niveau international augmente à mesure que croît le nombre de pays touchés par la COVID-19, et ce, en raison des répercussions sur les chaînes d’approvisionnement et de production, le prix des matières premières, les marchés financiers mondiaux, les marchés d’exportation et le tourisme », souligne le communiqué.

« Les premiers ministres ont convenu d’agir afin de préserver le bien-être économique des Canadiens, notamment par l’entremise, lorsque nécessaire, de mesures fiscales pour atténuer les conséquences économiques », ajoute-t-on.

Contrôles plus stricts

M. Trudeau a également entendu plusieurs appels à des contrôles plus stricts sur l’entrée des visiteurs étrangers au Canada, de la part du premier ministre du Québec, François Legault, de M. Kenney et d’autres premiers ministres.

John Horgan, de la Colombie-Britannique, a déclaré lors d’une conférence de presse que si les citoyens canadiens revenant de l’étranger devaient s’isoler pendant 14 jours, il serait logique que le pays s’assure également que cela soit fait par les voyageurs étrangers qui viennent au Canada.

Il a affirmé que le gouvernement fédéral avait déjà « répondu à cela en quelque sorte » en annonçant plus tôt vendredi que les vols internationaux seraient autorisés à atterrir dans un nombre limité d’aéroports, afin d’assurer un meilleur contrôle.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré qu’il était rassuré par la teneur de la conférence téléphonique, dans le cadre de laquelle les premiers ministres ont discuté entre eux des diverses mesures qu’ils prennent pour tenter de freiner la propagation de la COVID-19.

M. Pallister a affirmé, entre autres, que les premiers ministres avaient discuté de la nécessité de soutenir les Canadiens qui ne sont pas admissibles aux prestations d’assurance-emploi et qui n’ont pas les moyens de s’absenter du travail, de placer leurs enfants à la garderie ou de rester en isolement pendant deux semaines.

M. Morneau a indiqué plus tôt vendredi que le gouvernement fédéral cherche des moyens d’accorder directement un soutien financier aux Canadiens qui en ont besoin et qu’il aura plus à dire à ce sujet la semaine prochaine.

M. Pallister a affirmé avoir suggéré lors de l’appel que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux devraient se regrouper, si possible, pour obtenir des « rabais sur le volume » sur des éléments comme l’équipement de protection individuelle.