(Ottawa) Les travaux de la Chambre des communes et du Sénat seront suspendus à compter de vendredi pour une période de quatre semaines à cause de la pandémie de la COVID-19.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Le leader du gouvernement en Chambre, le ministre Pablo Rodriguez, et ses homologues des autres partis politiques ont convenu de suspendre les travaux parlementaires afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus. En principe, la Chambre des communes doit reprendre ses travaux le 20 avril. Mais la reprise des travaux pourrait être reportée si la situation le commande.

Cette décision fait en sorte que le ministre des Finances Bill Morneau ne pourra pas déposer son budget comme prévu le 30 mars. M. Morneau devrait annoncer une autre date au cours des prochains jours.

Réunis pour la dernière fois vendredi matin avant cette longue pause obligatoire, les députés ont adopté à la vitesse de l’éclair en troisième lecture le projet de loi mettant en œuvre le nouvel Accord de libre-échange nord-américain entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Le NPD a toutefois pu inscrire sa dissidence pour la forme.

Le Sénat devrait l’adopter à son tour plus tard vendredi.

En vertu de la motion adoptée par les élus pour ajourner les travaux, la Chambre des communes pourrait être rappelée d’urgence, si les circonstances l’exigent, afin d’adopter des mesures jugées essentielles pour venir en aide aux travailleurs et aux entreprises affectés par la crise.

Toutefois, seulement un nombre restreint de députés représentant l’échiquier politique actuel aux Communes seraient appelés au travail, soit les élus qui sont en mesure de se rendre dans la capitale fédérale sans prendre l’avion.

À la demande des partis de l’opposition, le gouvernement Trudeau a accepté de soumettre les dépenses qu’il annoncera durant cette période où les travaux parlementaires seront suspendus à l’examen du vérificateur général, le chien de garde des contribuables au pays. Le gouvernement Trudeau doit d’ailleurs annoncer vendredi de nouvelles initiatives pour resserrer les mesures de contrôle à la frontière, entre autres choses.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui est en isolement volontaire pendant 14 jours alors que son épouse Sophie Grégoire a été testée positive du coronavirus, doit s’adresser à la nation en journée.

Dans une entrevue accordée à la radio de CBC, vendredi matin, il a exhorté les Canadiens à ne pas voyager à l’étranger, même aux États-Unis, au cours des prochaines semaines afin de limiter la propagation de la COVID-19.