Alors qu’Info santé 811 éprouve des problèmes techniques rendant impossible pour certains d’obtenir la ligne, le réseau de la santé appelle en renfort les infirmières retraitées ou en retrait préventif afin que celles-ci viennent donner un coup de main à la centrale d’appels 811. Les candidates intéressées n’ont qu’à composer le 514-293-0526.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Peu après 13 h jeudi, Santé Québec a annoncé sur Twitter qu’un problème technique affectait sa ligne Info Santé 811. Tout citoyen voulant subir un test de dépistage pour la COVID-19 doit d’abord joindre le 811 pour obtenir un rendez-vous dans une des trois cliniques de dépistage de la province. Depuis deux jours, l’attente pour obtenir la ligne est très longue.

Jeudi après-midi, la présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal, Francine Dupuis, a appelé les infirmières retraitées en renfort. « On est presque en situation de guerre. On est en pandémie », a-t-elle dit. Mme Dupuis a mentionné que d’autres cliniques de dépistage ouvriront sous peu leurs portes dans l’est et dans l’ouest de Montréal, de même qu’à Laval afin de diminuer la pression sur les cliniques existantes. Québec étudie aussi la possibilité de faire des tests à domicile pour certains patients.

Santé Québec a fait savoir qu’en temps normal, la ligne 811 d’Info-santé reçoit en moyenne 6 000 appels par jour. Mercredi, le nombre d’appels avait presque doublé, atteignant 11 200 appels. Conséquemment, le volume d’appel a aussi fait monter le temps moyen d’attente au téléphone, passant de 12 minutes à 48 minutes. Selon Robert Maranda, porte-parole du Ministère de la Santé, il y a actuellement 100 répondantes au bout de la ligne à toute heure de la journée. Ce chiffre sera appelé à augmenter au cours des prochaines semaines.

Québec compte ses respirateurs

Centre désigné pour accueillir tout patient devant être hospitalisé pour la COVID-19, l’hôpital général Juif dispose de 87 chambres à pression négative. La directrice des soins professionnels de l’établissement, la Dre Louise Miner, assure que ses troupes sont prêtes à faire face à la pandémie. « On a fait des simulations », dit-elle. Jeudi, le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé à tous les hôpitaux de la province de recenser le nombre de respirateurs en leurs murs.

Quand les cas se multiplieront, les respirateurs de différents départements hospitaliers pourront être réquisitionnés pour traiter des patients de la COVID-19.

Appel au civisme

Chef du service des maladies infectieuses au CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal, le Dr Yves Longtin a rappelé que 50 masques chirurgicaux par jour sont nécessaires pour soigner un seul patient hospitalisé pour la COVID-19. Les deux seuls patients qui sont actuellement hospitalisés au Québec à cause de la COVID-19 le sont à l’hôpital général Juif. L’établissement, qui n’a pas voulu donner de détails sur l’état de santé de ces patients, affirme disposer de suffisamment de masques pour l’instant. Mais le Dr Longtin dit voir chaque jour des gens sans symptôme porter des masques dans la rue. Les mêmes masques dont les hôpitaux pourraient avoir prochainement besoin. « Il faut que les masques soient bien utilisés. Si vous n’avez pas de symptômes, ne portez pas les masques », a-t-il dit dans un point de presse tenu jeudi après-midi.

Ligne pour INFO #COVID19 pour information (pas si on est malade) : 1 877 644-4545