(Toronto) Les Québécois partagent les inquiétudes de leurs compatriotes canadiens à propos du nouveau coronavirus, mais ils sont beaucoup moins enclins à faire des provisions de nourriture et de médicaments.

La Presse canadienne

Un sondage de l’Institut Angus Reid mené la semaine dernière démontre que parmi les répondants québécois informés de l’éclosion de la COVID-19, à peine 4 % ont modifié leurs habitudes d’achat de produits pharmaceutiques, notamment en commandant plus tôt leurs médicaments d’ordonnance.

Et seulement 8 % d’entre eux ont acheté davantage de nourriture et de produits d’hygiène pour la maison. Ce pourcentage est près de trois fois plus élevé en Ontario ; il est de 19 % dans les provinces de l’Atlantique et de 16 % en Colombie-Britannique et dans les provinces des Prairies.

D’autre part, la semaine dernière, 63 % des Québécois se disaient satisfaits de la préparation de leurs instances locales de santé à faire face au coronavirus ; c’était le pourcentage le plus élevé au Canada. Avec leurs compatriotes de la Colombie-Britannique, ils étaient les Canadiens qui croyaient le plus que leur gouvernement provincial prenait les mesures appropriées et ils étaient les plus nombreux à lui faire confiance.

Par ailleurs, Angus Reid a observé que jeudi et vendredi derniers, 57 % des Canadiens ont rapporté qu’ils se lavaient les mains et qu’ils utilisaient un antiseptique plus souvent qu’à l’habitude ; un mois plus tôt, cette proportion était de 41 %.

Le sondage a été mené sur le web les 5 et 6 mars dernier auprès de 1512 adultes. En guise de comparaison seulement, un échantillon de cette taille présente une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20.