Pour faire face à la pandémie et réduire le risque de propagation, Québec a ouvert trois cliniques spécialisées dans la détection du COVID-19, dont quatre cas sont confirmés dans la province à ce jour. La Presse a visité l’une d’entre elles, à Montréal, où l’ancienne salle d’urgence de l’Hôtel-Dieu de Montréal a été reconvertie en clinique de dépistage et a ouvert ses portes lundi.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Ici, on se badigeonne les mains de solution hydro-alcoolique à intervalles réguliers. De très nombreuses affiches rappellent de se désinfecter les mains. Et si ces écriteaux ne suffisent pas, les gardiens de sécurité sont là pour rappeler les visiteurs à l’ordre.

À l’entrée, une borne distributrice de masques accueille les patients ayant pris rendez-vous dans cette clinique aux surfaces entièrement désinfectées.

Les visiteurs doivent se laver les mains et enfiler un masque dès leur arrivée, sous les yeux inquisiteurs du gardien de sécurité qui s’assure que ces procédures préventives soient respectées.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Ici, on se badigeonne les mains de solution hydro-alcoolique à intervalles réguliers.

Le patient est ensuite dirigé vers un ascenseur dont les boutons sont régulièrement nettoyés, comme toutes les surfaces susceptibles d’être touchées souvent. L’hygiène et la salubrité sont prises très au sérieux entre les quatre murs de l’établissement.

Un étage plus haut, les mesures préventives s’intensifient. La clinique est divisée en deux sections : la zone froide et la zone chaude, précise sa responsable Geneviève Alary. Les patients peuvent circuler en zone chaude, alors que la zone froide est réservée au personnel. On ne prend pas les risques de propagation du COVID-19 à la légère.

À cette étape, on requiert un autre lavage de main avant de s’adresser à l’agente administrative. Mais attention : pas question de simplement lui tendre sa carte d’assurance maladie en main propre. L’objet doit être déposé dans un cabaret et recouvert de plastique, pour éviter toute manipulation. Talkie-walkie à la main, l’agente se chargera de communiquer au personnel soignant l’arrivée du patient, un protocole qui minimise contacts et déplacements.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les agents de sécurité veillent au grain.

Quelques chaises – désinfectées – remplissent la salle d’attente. Le patient peut aussi s’asseoir dans un des dix cubicules individuels. Certains sont cependant fermés par un cordon. « On bloque l’accès aux cubicules qui n’ont pas été désinfectés », explique Mme Alary aux journalistes, alors que l’un d’entre eux se fait poliment rappeler de laver ses mains. Un peu plus loin, près d’un abreuvoir recouvert de plastique pour en décourager l’utilisation, se trouve la zone froide.

Les employés s’y trouvent durant les heures d’ouverture, vêtus d’une jaquette d’hôpital, d’un masque respirateur N95, d’une visière et de gants. Patients et membres du personnel ont donc accès aux salles de consultation, sans jamais se croiser. C’est dans ces locaux qu’on procède finalement aux prélèvements pour dépister les cas de COVID-19.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Quelques chaises – désinfectées – remplissent la salle d’attente. Le patient peut aussi s’asseoir dans un des dix cubicules individuels. Certains sont cependant fermés par un cordon.

Chaque étape du protocole pour retirer ses vêtements de protection est détaillée sur des affiches placardées un peu partout dans la clinique, car l’équipement pourrait être infecté.

Après avoir suivi ces procédures à la lettre, les visiteurs peuvent repartir chez eux l’esprit tranquille, avec en prime une trousse de départ qui contient deux paires de gants et de masques et deux feuilles de consignes à suivre si le test s’avère positif. Il faut attendre entre 24 et 48 heures pour obtenir son résultat.

Prévention avant tout

Lors de son ouverture lundi, la clinique a reçu une vingtaine de patients, confirme Liette Bernier, directrice des services généraux au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Le lendemain, trois rendez-vous étaient prévus en matinée.

Dès 7 h 45, une mère et son fils adolescent sont arrivés à la clinique. « C’est pour lui, mais rien d’urgent. On est là par prévention », assure la dame. On leur tend des masques immédiatement avant de les diriger dans le corridor balisé qui les conduira au rendez-vous du jeune homme.

L’établissement peut recevoir entre 60 et 80 patients par jour. « Idéalement, on aimerait qu’ils se présentent seuls. La limite est d’un accompagnateur par patient, si c’est jugé nécessaire », explique Liette Bernier.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Le personnel soignant doit porter une combinaison spéciale.

On désinfecte dès qu’un patient s’assoit ou entre en contact avec une surface. On veut éviter les foules et la contamination. C’est pourquoi chaque déplacement dans les différents secteurs de la clinique se fait avec son lot de changements de masques et de lavages de mains.

« Je veux être claire, il ne s’agit pas d’une clinique sans rendez-vous », insiste Mme Bernier. Ceux qui pensent être atteints du coronavirus doivent avant tout contacter l’équipe d’Info-Santé au 811 pour être référés à l’un des trois établissements voués au dépistage de la maladie au Québec.

Mardi matin, deux hommes s’y sont présentés sans avoir pris de rendez-vous au préalable. L’un d’entre eux soupçonne avoir contracté la maladie, a-t-il dit à La Presse en toussant bruyamment. « Je transpire, je suis fatigué et je tousse. »

« Je ne suis vraiment pas inquiet, j’agis par prévention », a nuancé l’autre homme présent, qui revient d’un voyage en Inde. C’est son superviseur au travail qui lui a conseillé de se rendre à la clinique, afin de ne pas risquer la contamination de ses collègues, dit-il.