Le gouvernement fédéral dévoilera mercredi des mesures visant à donner un coup de main aux travailleurs et entreprises affectées par le COVID-19.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le premier ministre Justin Trudeau présentera mercredi le programme d’aide qui a été concocté par son équipe afin de contrer les impacts du nouveau coronavirus sur l’économie canadienne, a pu confirmer La Presse.

Selon les signaux qui ont été envoyés jusqu’à présent, on pourrait avoir droit à des mesures pour les travailleurs qui pourraient avoir à s’absenter du travail ainsi que pour les entreprises qui en encaisseraient potentiellement les impacts.

Ces derniers jours, la vice-première ministre Chrystia Freeland a évoqué une promesse contenue dans la plateforme libérale, celle de faire passer de 15 à 26 semaines les prestations de maladie de l’assurance-emploi.

On ignore toutefois si cette mesure sera contenue dans le plan d’aide qui sera mis de l’avant mercredi. D’autres pourraient aussi potentiellement s’ajouter dans le budget fédéral, qui ne sera vraisemblablement pas déposé avant la fin du mois de mars.

En après-midi, le premier ministre Trudeau s’est dit « très conscient » que le coronavirus aura des conséquences économiques au pays. « C’est pour ça qu’on est en train de regarder différentes mesures […] qui vont commencer à aider les gens de façon concrète », a-t-il dit.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a souligné que le fédéral s’assurerait de mettre de l’avant des mesures qui aideront la santé et la sécurité des Canadiens « dans une situation de ralentissement économique où les citoyens sont affectés par une perte d’emploi ou la maladie ».

Elle a aussi exposé que le fédéral discute présentement avec les provinces et territoires de la possibilité d’acheter en grande quantité de l’équipement médical qui pourrait être requis dans les établissements de santé.

Sa collègue au Travail, Filomena Tassi, veut éviter qu’une personne se sente forcée d’aller au boulot.

« Nous voulons nous assurer que les travailleurs sentent qu’ils sont protégés, et qu’ils ne sont pas placés dans une situation où ils se sentent contraints d’aller travailler pour mettre de la nourriture sur la table », a-t-elle soutenu en point de presse après la réunion hebdomadaire du cabinet.

Un ministre en isolement

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, a par ailleurs annoncé mardi sur Twitter qu’il se plaçait en isolement volontaire.

PHOTO BLAIR GABLE, ARCHIVES REUTERS

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O’Regan

« J’avais un rhume de cerveau persistant depuis quelques jours, alors par mesure préventive, j’ai consulté un médecin. On m’a recommandé un test de dépistage du COVID-19 », a-t-il écrit sur le réseau social.

« À ma connaissance, je n’ai pas été en contact avec une personne infectée, mais on m’a dit de demeurer en isolement en attendant les résultats. Je me sens bien. Mais je travaillerai de la maison », a ajouté le Terre-Neuvien, qui était au parlement cette semaine.

L’un de ses collègues de caucus, Anthony Housefather, annonçait lundi qu’il s’isolait à son domicile de Montréal après avoir été informé qu’il avait participé, il y a plus d’une semaine, à un événement où se trouvait une personne infectée par le nouveau coronavirus, à Washington D.C..