Han Solo, «un héros des temps modernes»

Publicité
Marissa Groguhé

Collaboration spéciale

La Presse

Solo: A Star Wars Story, deuxième film dérivé de la célèbre saga de l'espace, prend l'affiche le 25 mai. Alors que les suites et les spin-off de la franchise, qui se succèdent assidûment chaque année, annoncent un risque d'essoufflement, voici pourquoi Han Solo mérite tout de même son propre film, d'après des fans invétérés.

Han Solo, c'est un peu l'antihéros devenu héros tout court. Un gentil au passé de brigand, dont les intentions, dans son jeune temps, n'étaient pas toujours charitables. Un protagoniste «au côté rebelle», comme le décrit Christian Lorin, grand passionné de Star Wars. Le technicien en télécommunications est à ses heures le commandant de la garnison Forteresse impériale de la 501e Légion. Ce regroupement de fans fait la promotion de l'engouement envers la franchise, particulièrement en arborant des costumes de vilains, tout en mettant leur intérêt au service de causes caritatives et de diverses organisations à but non lucratif.

L'acteur et auteur-compositeur-interprète Jean-François Beaupré est lui aussi membre de la 501e Légion depuis trois ans. Il fait également partie de son club frère, la Légion rebelle, qui réunit des fans costumés en personnages gentils de l'univers Star Wars. Beaupré personnifie Han Solo depuis une dizaine d'années. «Solo, c'est le mec cool, le mauvais garçon qui plaît aux femmes, dit-il pour expliquer son choix de personnage. J'ai toujours aimé son uniforme de capitaine, avec son blaster [pistolet laser].» Mais plus que ça, «c'est un héros des temps modernes», estime-t-il.

L'artiste avait 7 ans à la sortie du premier film et entretenait depuis le rêve de porter un costume de Han Solo. «Ma grand-mère m'en a fait un, mais c'était pas la vraie affaire, raconte-t-il. Aujourd'hui, c'est une sorte de vengeance sur l'enfance.»

Christian Lorin, lui, a voulu être un Stormtrooper - les méchants soldats galactiques de l'Empire et du Premier Ordre - dès l'âge de 5 ans, lorsque son père l'a emmené voir L'Empire contre-attaque au cinéma, en 1980. «J'ai eu la piqûre à ce moment, relate-t-il. Comme tout enfant de cette génération, Star Wars m'a fait rêver.»

Solo, le cowboy de l'espace

Les créateurs de Star Wars ont habitué les fans à une intrigue dévoilée sans ordre chronologique. Solo racontera la genèse du personnage : les intéressés en découvriront plus sur la vie du mercenaire avant qu'il ne se joigne à Luke Skywalker et aux autres héros galactiques. «Au moment où on le rencontre dans le premier film de 1977, c'est un homme qui ne pense qu'à lui, qui se fout un peu de la cause des rebelles, explique Jean-François Beaupré. Mais ces rebelles qui vont croiser sa route vont changer sa vie et sa façon de penser.»

Solo a un caractère et une mentalité bien à lui. À son attitude parfois égocentrique et arrogante s'ajoutent un grand coeur ainsi qu'une loyauté et une bravoure sans limites, ce qui fait de lui le parfait cowboy de l'espace ténébreux, un peu irritant, mais très attachant. C'est «un personnage coloré» qui représente un très bon prétexte pour un film dérivé, selon Jean-François Beaupré.

Un film consacré à la vie de Han Solo permettra ainsi de répondre à certaines questions des fans. Car il y a bien des choses à découvrir sur le contrebandier qui a rejoint les rangs de l'Alliance rebelle. Il y a aussi beaucoup de faits connus sur le personnage qui n'ont pas encore été portés à l'écran. Comme lorsqu'il a remporté son légendaire vaisseau, le Faucon Millenium, des mains de son ami (puis ennemi) Lando Calrissian. Ou alors le moment où il a croisé le chemin de celui qui deviendra son plus fidèle acolyte, Chewbacca, une rencontre dont on ne connaît pas les détails. Bob Iger, président-directeur général de Walt Disney, qui produit le film, a révélé l'an dernier qu'on y apprendrait comment Han Solo a acquis son nom, lequel ne serait donc pas son patronyme de naissance.

«Au moment où on l'attrape dans l'histoire, dans le premier film, on sait qu'il a un background, que plein de choses lui sont arrivées avant, mais c'est nébuleux, indique Jean-François Beaupré. On veut en savoir plus sur lui. C'était qui avant de rencontrer les autres héros?»

Star Wars, la «machine à sous»

Avec ce quatrième opus et deuxième spin-off de la nouvelle génération des films Star Wars, les studios Walt Disney auront ainsi lancé un long métrage par année depuis The Force Awakens (Le retour de la Force), en 2015. La tendance se maintiendra avec un Épisode IX, prévu pour 2019.

«C'est un peu ce que tout fan espérait, mais en même temps, on a peur que ça crée un effet de fatigue», avoue Christian Lorin. Le sujet est d'ailleurs souvent abordé dans les rangs de la 501e Légion et au sein des amateurs de Star Wars en général. En même temps, «si le scénario est bien écrit, un film chaque année, ça peut être bon chaque année», relativise-t-il.

Alden Ehrenreich dans Solo: A Star Wars Story... (Photo fournie par Lucasfilm Ltd) - image 2.0

Agrandir

Alden Ehrenreich dans Solo: A Star Wars Story

Photo fournie par Lucasfilm Ltd

Chaque nouvel opus depuis la trilogie originale est soumis à la même critique, mais cette fois plus que jamais, il y a une certaine crainte que la «magie» se perde dans l'exploitation jusqu'à épuisement du renouveau de l'engouement. «Star Wars est une machine à sous, déclare Jean-François Beaupré. Disney n'a pas fini de tirer parti du phénomène, il y a beaucoup d'argent à faire avec ça.» En tant que fan, ajoute-t-il toutefois, il sera toujours curieux de voir ce qui sera fait. Un sentiment que partagent la plupart des enthousiastes de la saga.

«Au bout du compte, même si certains mordus s'essoufflent, la sortie de ces films nous amène aussi une nouvelle vague de fans, affirme quant à lui Christian Lorin. Depuis la sortie du Retour de la Force, le nombre de nos membres a doublé!»

Malgré tout et bien que certains soient réticents devant cette avalanche de films, Han Solo mérite son film dérivé, lequel a un bon potentiel, d'après les deux passionnés. «Même la plupart des gens qui ne connaissent pas Star Wars savent qui il est, avance Jean-François Beaupré. C'est un personnage iconique.»

_________________________________________________________________________

Solo: A Star Wars Story (Solo - Une histoire de Star Wars) prend l'affiche le 25 mai.

Fiche biographique

Naissance: 29 av. BY (avant la Bataille de Yavin, qui a opposé l'Empire galactique à l'Alliance rebelle, autour de la planète Yavin - l'année de la bataille représente «l'an zéro» dans l'univers de Star Wars)

Lieu de naissance: planète Corellia

Mort: 34 ap. BY, à 63 ans

Espèce: humain

Taille: 1,80 m

Occupation: contrebandier, pilote, capitaine du Faucon Millenium

Femme: princesse Leia (Leia Skywalker ou Organa, son nom d'adoption)

Fils: Ben Solo (Kylo Ren)

Affiliation «politique»: Alliance rebelle

Interprété par: Harrison Ford (Star Wars, épisodes IV, V, VI et VII), puis Alden Ehrenreich (Solo: A Star Wars Story)

Alden Ehrenreich et Joonas Suotamo dans Solo: A Star... (Photo fournie par Lucasfilm Ltd) - image 3.0

Agrandir

Alden Ehrenreich et Joonas Suotamo dans Solo: A Star Wars Story

Photo fournie par Lucasfilm Ltd

Au fil du temps (et de l'espace)

1977: Star Wars, Episode IVA New Hope

Premier volet de la série originale, A New Hope se déroule à l'époque de la guerre civile galactique entre les rebelles et l'Empire. On y fait la connaissance du téméraire Han Solo, un contrebandier qui travaille pour le très peu commode Jabba le Hutt. Solo, capitaine du vaisseau Faucon Millenium, s'avère aussi un excellent pilote. Dans l'épisode IV, Luke Skywalker et Ben Kenobi (Obi-Wan) recrutent Solo (et Chewbacca) afin de servir la cause rebelle.

1980: Star Wars, Episode VThe Empire Strikes Back  (L'Empire contre-attaque)

L'Étoile de la mort (arme toute puissante de l'Empire) a été détruite, mais les rebelles sont poursuivis par les sbires du régime politique. Dark Vador veut la peau de Luke Skywalker - son fils, mais ce dernier ne le sait pas. Han Solo et Luke sont alliés et amis. Le début d'une histoire d'amour se dessine entre Han et Leia - soeur de Luke, mais ils ne le savent pas.

1983 : Star Wars, Episode VIReturn of the Jedi (Le retour du Jedi)

Han Solo est entre les griffes de Jabba le Hutt, son ancien «employeur», sur la planète Tatooine. Luke combine une attaque afin de le sauver. Pendant ce temps, l'Empire galactique entame la construction d'une arme encore plus destructrice que l'Étoile de la mort...

2015: Star Wars, Episode VIIThe Force Awakens (Le retour de la Force)

L'acolyte de Luke Skywalker ne réapparaîtra ensuite que lors du premier épisode de la plus récente trilogie. Chewbacca et lui s'allieront aux nouveaux héros, Rey et Finn. On verra également évoluer une autre relation père-fils un brin dysfonctionnelle, puisque le fils de Han Solo (Ben) se révèle être l'antagoniste de ce nouvel opus, Kylo Ren, ancien apprenti de Luke Skywalker.

2018: Solo: A Star Wars Story (Solo - Une histoire de Star Wars)

L'intrigue de Solo, décrit comme un western de l'espace, se déroule entre les épisodes III et IV de la saga. Sur une période de sept ans, on y suit Han Solo (Alden Ehrenreich), qui fera la connaissance de celui qui deviendra son allié de toujours, Chewbacca (Jonas Suotamo), alors que l'homme et le Wookie sont embarqués dans le monde de la contrebande. Solo fera également la rencontre de Lando Calrissian (Donald Glover), de qui il obtiendra le Faucon Millenium, en remportant un pari.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer