Trois ans après le premier volet des aventures de l'ours Paddington au grand écran, la suite de ce film familial propose une épopée un cran plus rocambolesque, des effets spéciaux plus vrais que nature et une morale bienséante. La distribution principale de Paddington est de retour, mais Hugh Grant succède à Nicole Kidman dans le rôle du vilain, avec un personnage qui lui colle à la peau.

Marissa Groguhé LA PRESSE

L'ours le plus aimé du Royaume-Uni

Imaginé en 1958 par l'écrivain britannique Michael Bond et figure adorée des Anglais, Paddington est la vedette d'une série de 23 livres. L'ours prend vie pour la première fois dans un film en 2014, sous l'oeil bienveillant du réalisateur Paul King. Michael Bond a pu voir son personnage jaillir au grand écran et a été comblé par le résultat, d'après King. «J'ai réalisé que la seule opinion qui m'importait était celle du père de Paddington», révèle-t-il. Comme il est mort lors du dernier jour de tournage de Paddington 2, l'auteur n'aura pas eu l'occasion de découvrir la suite cinématographique de sa création. L'intrigue reprend chez la famille Brown, toujours aussi frénétique et un brin dysfonctionnelle, qui a accueilli l'ours. Pour l'anniversaire de sa tante Lucy, restée dans une maison de retraite pour ours du Pérou, Paddington est à la recherche du cadeau parfait. Il trouve un livre animé de la ville de Londres, mais un mystérieux personnage le dérobe chez l'antiquaire et Paddington est accusé du vol. Les Brown devront lui venir en aide afin de récupérer l'ouvrage et que justice soit rendue.

Improbable, mais vrai

Les péripéties improbables de Paddington ont gagné en folie depuis le premier film - dans lequel il tentait d'échapper à une taxidermiste aliénée (Nicole Kidman), tout en cherchant à trouver sa place dans un tout nouveau monde. «Pour créer une suite intéressante, nous nous sommes demandé quelle est la pire chose qui pourrait arriver à cet ours adorable à part le tuer, et c'était de l'envoyer en prison», raconte le scénariste Simon Barnaby, qui joue un rôle mineur dans les deux films (Barry) et a été enrôlé par Paul King pour l'écriture du script de cette nouvelle intrigue. Paddington se retrouve derrière les barreaux et doit cette fois se faire accepter par ses codétenus en se taillant une place dans le milieu carcéral. Une tâche épineuse, mais pas impossible, puisqu'il est paré de sa gentillesse, de sa politesse et de sa bonne humeur inébranlables, qui améliorent le quotidien de tous... même dans un pénitencier. En somme, le film «enseigne que les petits gestes de gentillesse, la courtoisie et le respect mutuel comptent pour beaucoup», résume Hugh Bonneville, qui interprète le père de la famille Brown, Henry. «C'est l'histoire d'un étranger dans un endroit qui lui est inconnu, comme nous l'avons tous déjà été. Si nous pouvions atteindre les simples qualités de civilité dont il fait preuve, ce serait une bonne chose, dans un monde où ceux qui sont censés être nos modèles encouragent plutôt la division.»

Londres la magnifique

Paddington 2 se déroule dans la même ville de Londres idéalisée et romanesque du premier film. Le spectateur est amené à travers la métropole, centrale dans l'intrigue, dans une chasse au trésor permettant de découvrir la capitale britannique sous un angle enchanteur. Paul King a veillé à «célébrer Londres» dans son long métrage. Le réalisateur affirme que l'équipe de production s'est notamment appliquée à en transposer la diversité culturelle. «J'espère que nous avons pu bien refléter la ville dans laquelle nous vivons, où on dit que toutes les langues sont parlées», déclare celui qui a décidé de renoncer à la réalisation du film Wonder pour se consacrer à Paddington 2. «C'est un monde tellement spécial, que j'ai tant aimé participer à créer, que je ne voulais pas le laisser partir, explique-t-il. J'ai dû me demander quel film me briserait le plus le coeur d'abandonner.»

Hugh Grant, le parfait vilain

L'acteur déchu Phoenix Buchanan, condamné à jouer dans des publicités de nourriture pour chien afin de gagner sa vie, est un personnage vaniteux, exécrable et, dans l'ensemble, complètement cinglé. «C'est un vilain aux antipodes de Paddington», décrit Paul King. Prêt à tout pour arriver à ses fins, Phoenix vole, se déguise et ment. Son interprète, Hugh Grant, soutient avoir apprécié jouer un méchant extravagant et risible, rôle qu'on ne lui connaissait pas, mais pour lequel il semblait destiné, d'après le réalisateur Paul King. Il est manifeste que l'équipe est ravie de la contribution de celui qu'on connaît surtout pour ses personnages de comédie romantique. «Hugh Grant est un si bon acteur comique, avec un grand sens de l'absurdité de sa propre profession et c'était splendide de le voir enrichir son personnage et le film comme il l'a fait», ajoute Paul King.

photo Jay Maidment, fournie par la production

Le réalisateur Paul King et l'auteur Michael Bond sur le plateau de Paddington 2

Donner vie à Paddington

Créé en images de synthèse, l'ours Paddington est le résultat d'un travail colossal de la société d'effets spéciaux Framestore (Harry Potter 2, 3, 4 et 5, Le monde de NarniaCharlie et la chocolaterie). «Nous voulions créer un effet le plus organique possible, pour ne pas donner l'impression de chavirer dans un monde complètement fantasque et conserver un sentiment de réalisme», témoigne Paul King. Il a fallu des mois de travail pour rendre à la perfection tous les détails du personnage, du mouvement de sa fourrure à ses différentes expressions faciales. «La scène durant laquelle Paddington est en prison et qu'un gros plan de son visage montre une larme couler sur sa joue est une de celles dont nous sommes le plus fiers, illustre King. Il est immobile, bouge à peine, mais pour donner l'impression qu'il est en vie et pas simplement un arrêt sur image, c'est un travail étonnamment très difficile.» L'acteur Hugh Bonneville se remémore d'ailleurs avoir été subjugué par la qualité et le réalisme des effets spéciaux numériques en voyant Paddington à l'écran pour la première fois, ce qui a changé son approche lors du second tournage. «La plupart du temps, j'oubliais qu'il n'était pas vraiment là», affirme-t-il.

___________________________________________________________________________

Paddington 2 est actuellement à l'affiche.

Les frais de ce reportage ont été payés par Warner Bros.

photo fournie par Warner Bros

Hugh Grant incarne le vilain dans Paddington 2.