John Turturro a vu quelques films de Vanessa Paradis - L'arnacoeur, La fille sur le pont... -, il a déjà joué avec son ex-conjoint Johnny Depp, mais il ne la connaissait pas vraiment avant de lui offrir le rôle d'Avigal, la jeune veuve juive orthodoxe autour de laquelle pivote son film Fading Gigolo. C'est son agente - «une dame pas mal brillante», dit-il - qui l'a recommandée pour son documentaire Passione, consacré à la musique napolitaine, puis pour le rôle d'Avigal.

Publié le 19 mai 2014
Alain de Repentigny LA PRESSE

«Mon agente m'a dit: «Il y a toutes sortes de femmes dans cette communauté, la plupart viennent de pays différents d'Europe de l'Est et certaines ressemblent à Vanessa.» Nous avons même rencontré ensemble une femme qui venait de quitter sa communauté juive orthodoxe et qui aurait pu jouer la soeur de Vanessa.»

Turturro se félicite du choix de l'actrice et chanteuse française. «Elle est incroyable dans le film! lance-t-il. Woody, qui ne la connaissait pas, croyait dur comme fer qu'elle était une vraie hassid. Tous ceux qui voient le film sont éblouis. Lors des visionnements aux États-Unis, où plein de monde ne sait pas qui elle est, les gens étaient convaincus qu'elle en était bel et bien une [juive orthodoxe]. Elle a quelque chose de vraiment unique.»

Dans un articulet du magazine français Marie-Claire, Turturro suggère même que ce rôle de jeune veuve qui s'épanouit au contact de l'improbable gigolo a agi comme un baume sur Vanessa Paradis, qui s'y est investie complètement dans la foulée de sa rupture d'avec Johnny Depp.

«On investit tous nos vies dans notre métier, mais si elle n'était pas aussi talentueuse, elle ne pourrait accéder à cela, répond prudemment le réalisateur. Si ce n'était pas dans sa nature de vraiment fouiller ce sujet et d'être ouverte aux autres, elle n'en serait pas arrivée là. La femme [juive orthodoxe] avec laquelle elle a travaillé lui a apporté beaucoup, mais elle l'a comprise parce qu'elle avait vécu certaines choses elle-même. Vanessa joue avec brio, mais sans étaler indûment son brio. Elle a transformé le film.»