Source ID:; App Source:

Dénonciation de Kevin Spacey: des réactions indignées

Les médias sociaux n'ont pas tardé à réagir... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les médias sociaux n'ont pas tardé à réagir à la suite de la nouvelle d'une présumée agression sexuelle de Kevin Spacey (notre photo) contre l'acteur Anthony Rapp.

PHOTO ARCHIVES AFP

Les médias sociaux n'ont pas tardé à réagir à la suite de la nouvelle d'une présumée agression sexuelle de Kevin Spacey contre l'acteur Anthony Rapp, alors que ce dernier était mineur.

«Et l'Oscar du pire coming out de l'histoire est attribué à... Kevin Spacey!», a lancé le critique d'Allo-Ciné, Jean-Maxime Renault, sur Twitter.

Dans son message d'excuse, publié dans la nuit de dimanche à lundi sur Twitter, M. Spacey affirme ne pas se rappeler de l'événement, tout en profitant de l'occasion pour mettre fin aux (vieilles) rumeurs sur sa sexualité et faire sa sortie publique. «Je sais qu'il y a beaucoup de rumeurs à mon sujet, car j'ai toujours été très attaché à ma vie privée, écrit l'acteur vedette de House of Cards. Durant mon existence, j'ai eu des relations avec des hommes et des femmes et j'ai décidé de vivre désormais en tant qu'un homme gai. Je veux être honnête et cela commence par remettre en question mon propre comportement.»

Amalgames et indignations

«Non, non, non, non, non! Tu ne peux pas "choisir" de te cacher sous l'arc-en-ciel! Va te faire voir!", a répondu l'actrice lesbienne Wanda Sykes, sur Twitter.

Richard Lawson, critique cinéma pour Vanity Fair, a aussi répondu au message de Spacey dans plusieurs tweets. «Faire son coming out n'est pas la même chose que de harceler un gamin de 14 ans. Mettre les deux en parallèle est dégoûtant», explique-t-il notamment. Avant de conclure, excédé: «Cela remet la communauté LGBT au centre de critiques et d'amalgames! Comment osez-vous nous impliquer là-dedans?» L'animateur Piers Morgan a aussi réagi lundi matin en écrivant que ça n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle; «il est question de présumé pédophilie».

«Oui, j'ai peut-être essayé de violer un gamin de 14 ans quand j'avais 26 ans, mais je suis gai" est une façon de se défendre assez horrible», s'est indigné sur Twitter le commentateur conservateur Ben Shapiro.

Réaction de SOS homophobie

« En associant son homosexualité au délit pénal que constitue une agression sur un mineur, le coming out de Kevin Spacey est inapproprié et irresponsable, a déclaré le président de SOS homophobie en France, Joël Deumier. «Je ne ferai jamais de lien entre ces deux faits: à SOS Homophobie, nous nous battons au quotidien pour que les jeunes lesbiennes, homosexuels, bi et trans puissent vivre leur identité de genre et leur orientation sexuelle librement. Nous militons pour une société inclusive et Kevin Spacey envoie un très mauvais signal à cet égard.» D'autres internautes ont répondu à l'acteur d'American Beauty de façon plus ironique: «La seule chose excusable d'un homme gai trop ivre, c'est chanter une tube de Britney Spears debout sur la table du salon!».

Plus sérieusement, si l'on se fie à la majorité des commentaires des deux côtés de l'Atlantique, l'amalgame pédophilie et homosexualité ne passe plus en 2017.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer