Pour la quatrième fois, le réalisateur des Femmes du 6e étage retrouve son acteur fétiche, Fabrice Luchini. D'ailleurs, Molière à bicyclette est né d'une anecdote survenue lors d'une rencontre entre les deux hommes.

Marc-André Lussier LA PRESSE

C'était à l'île de Ré, il y a quelques années. Philippe Le Guay cherchait à convaincre Fabrice Luchini, qui possède une résidence dans l'île, de jouer dans son prochain film, Les femmes du 6e étage. Mais d'après le réalisateur, son acteur fétiche ne cessait de perdre son exemplaire du scénario. Peut-être était-ce pour lui une façon de retarder le plus possible le moment de prendre une décision.

Au cours d'un entretien qu'il nous avait accordé à la sortie du film, Luchini disait avoir trouvé le scénario trop «démago», trop sentimental. «Mais comme ce type [Philippe Le Guay] est très malin, il ne m'a parlé que de littérature quand on s'est vus pour discuter des Femmes du 6e étage, a affirmé le comédien. Il ne m'a pas fait chier avec le cinéma. À vrai dire, il me prend tellement toujours par les sentiments que je finis par signer!»

Toujours est-il que l'auteur-cinéaste est allé porter lui-même un autre exemplaire de son scénario au comédien. À vélo.

«Mais il y a des marais à l'île de Ré, nous a expliqué Philippe Le Guay il y a quelques semaines lors d'une rencontre à Paris. Et je me suis égaré. Quand Fabrice m'a repéré - il était venu à mon secours -, je n'ai pu faire autrement que de lui dire qu'il était vraiment le misanthrope cloîtré au fond de son ermitage!»

Un moment magique

Évidemment, il n'en fallait pas plus pour faire démarrer le Fabrice. Pendant que les deux hommes roulaient ensemble à vélo pour regagner leurs pénates, l'acteur a récité le début de la pièce de Molière en jouant les deux rôles, celui d'Alceste et celui de Philinte.

«Ce fut un moment magique, bien sûr, rappelle Philippe Le Guay. Et là, un titre m'est venu en tête pendant que nous roulions: Alceste à bicyclette. Ce titre a existé dans nos esprits bien avant que le scénario du film ne soit écrit. D'ailleurs, on ne savait trop quelle forme prendrait le projet, car Fabrice avait déjà eu la volonté, il y a une trentaine d'années, de monter Le misanthrope en jouant Alceste et Philinte en alternance avec un autre acteur. À la suite de nos conversations, il a rebondi sur cette idée et il a manifesté un temps le désir de capter lui-même en DV [NDLR: vidéo numérique] une expérience théâtrale. Il a toutefois abandonné le projet.»

Après avoir mis cet épisode entre parenthèses pour tourner Les femmes du 6e étage, film qui fut un très grand succès en France et au Québec, Philippe Le Guay a resoumis au comédien l'idée d'Alceste à bicyclette (rebaptisé Molière à bicyclette pour le marché international).

«En fait, j'ai demandé à Fabrice s'il me permettait d'écrire un scénario à partir des échanges que nous avions eus. Mon idée de départ était très simple: un acteur vient en chercher un autre qui vit reclus depuis des années pour lui demander de jouer Le misanthrope. L'étape de l'écriture fut très stimulante. Avec un acteur comme Fabrice Luchini pour m'inspirer, c'est une évidence!»

Molière à bicyclette relate ainsi la «confrontation» entre deux acteurs aux parcours très différents. Pour se refaire une santé artistique, le comédien Gauthier Valence (Lambert Wilson), très populaire grâce à ses rôles dans des feuilletons télé, propose à Serge Tanneur, un acteur qui a quitté le monde du théâtre en pleine gloire, de monter la fameuse pièce de Molière.

Le reclus refuse tout net, mais se laisse quand même tenter par une petite répétition impromptue de la grande scène 1 de l'acte 1, histoire de voir de quoi il retourne. Et aussi pour prouver, comme si besoin était dans son esprit, que lui, grand acteur de théâtre, est encore en mesure de bouffer un partenaire tout cru.

«J'ai laissé improviser Lambert et Fabrice, indique l'auteur-cinéaste. L'un des grands sujets du film est la liberté de l'acteur, sa façon de s'approprier un texte, de l'interpréter. Honnêtement, je ne me serais pas vu leur donner des indications sur la façon de jouer une scène. Surtout pas à d'aussi grands acteurs.»

Une confrontation

S'il a pu nouer depuis 20 ans une grande complicité avec Fabrice Luchini, avec qui il a aussi tourné L'année Juliette et Le coût de la vie, Philippe Le Guay se reconnaît avant tout dans le personnage qu'incarne Lambert Wilson.

«En fait, Lambert est mon représentant, dit-il. Dans cette façon qu'a son personnage d'avoir quelque chose à prouver. Il fallait d'ailleurs un acteur exceptionnel pour défendre ce personnage face à Fabrice qui arrive auréolé du titre de spécialiste des grands textes et des grands auteurs. Aussi, je trouvais fascinante cette confrontation de points de vue sur un texte écrit il y a des siècles, et de laquelle les deux acteurs ressortent grandis. Même si les chemins pour y arriver ne sont pas toujours faciles à prendre.»

Molière à bicyclette prend l'affiche le 3 mai. Les frais de voyage ont été payés par Unifrance.