Publié le 27 janv. 2008
AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec les Rolling Stones, Madonna, mais aussi Penelope Cruz et Scarlett Johansson, le 58e Festival du film de Berlin, du 7 au 17 février, promet d'être haut en couleurs, se félicite dans un entretien à l'AFP Dieter Kosslick, le directeur du prestigieux festival de cinéma.
  
Kosslick, 59 ans, est particulièrement heureux cette année de la venue dans la capitale allemande du réalisateur américain Martin Scorsese et des Rolling Stones, à l'occasion de la première du film Shine a Light, montrant le groupe culte en concert à New York.

Madonna sera présente, cette fois en tant que réalisatrice, pour son film Filth and Wisdom. où elle dirige l'acteur britannique Richard E. Grant, le groupe punk Gogol Bordello, et un éventail d'acteurs originaires des Balkans qui, selon M. Kosslick, «donnent l'impression de sortir tout droit d'un film d'Emir Kusturica».
  
Parmi les autres films musicaux retenus par son équipe figurent Om Shanti Om avec la star de Bollywood Shah Rukh Khan, un documentaire sur la chanteuse punk Patti Smith, ainsi qu'un documentaire du chanteur rock Neil Young sur la tournée 2006 du groupe Crosby, Stills, Nash & Young.
  
M. Kosslick, qui joue lui-même volontiers de la guitare et du saxophone, a souligné que la Berlinale est le seul des grands festivals de cinéma ouvert au public, ce qui laisse présager que les cinémas se transformeront en pistes de danse après la projection des films musicaux, si stars et public décident d'y poursuivre la fête.
  
Parmi les autres célébrités attendues à Berlin figurent Julia Roberts, à l'affiche dans Fireflies in the Garden, Daniel Day-Lewis, nominé pour un Oscar, dans There Will Be Blood, Penelope Cruz dans Elegy basé sur un roman de Philip Roth, ainsi que Scarlett Johansson et Natalie Portman qui interprètent deux soeurs rivales cherchant à séduire le roi Henri VIII d'Angleterre dans The Other Boleyn Girl.
  
«Nous travaillons depuis des années pour nous forger de bonnes relations avec Hollywood -- avec les grands studios comme avec les producteurs indépendants -- et cela paye», affirme M. Kosslick.
  
Le réalisateur français Michel Gondry présentera son nouveau film Be Kind, Rewind, avec Jack Black dans le rôle d'un propriétaire de magasin vidéos qui tente de recréer des classiques hollywoodiens pour sa cliente la plus fidèle, une femme souffrant de démence interprétée par Mia Farrow.
  
«Nombre des films cette année sont très poétiques et détachés des identités personnelles auxquelles nous sommes habituées», selon M. Kosslick qui préside sa septième Berlinale.
  
Plus de 5 000 films ont été soumis au festival par 103 pays -- un record -- et quelque 400 ont été retenus par les organisateurs.
  
C'est un film chinois, Le mariage de Tuya (Tuya De Hunshi) qui a remporté l'Ours d'or l'an dernier, et le cinéma asiatique devrait aussi briller cette année.
  
Le réalisateur Wang Xiaoshuai présentera In Love We Trust (Zuo You), l'histoire d'une mère qui cherche à sauver son bébé d'un cancer.
  
«C'est une petite histoire, intéressante, qui nous donne un aperçu du turbo-capitalisme dans lequel (les Chinois) se trouvent maitenant propulsés», selon M. Kosslick.
  
Le réalisateur chinois de Hong Kong Johnnie To présentera Sparrow, une oeuvre moins violente que ses films précédents qui a pour thème l'amitié au sein d'un groupe de voleurs à la tire.
  
Le réalisateur japonais Yoji Yamada présentera un film de guerre Kabei: notre mère, dans la tradition du festival qui aime mettre en avant des chapitres difficiles de notre histoire récente.