Publié le 28 avr. 2008
Lee-Anne Goodman LA PRESSE CANADIENNE

La popularité des comédies datant des années 80 ne se dément pas auprès des adolescents, malgré la concurrence de films récents comme le gros succès de 2007 Superbad.

Des films comme Ferris Bueller's Days OffThe Breakfast Club ou Pretty in Pink - qui ont tous été réalisés par John Hughes - continuent à faire partie des titres les plus loués sur le site de location en ligne Zip.ca.

Sur les 72 000 références que compte le catalogue du site, The Breakfast Club se classe au 794e rang, un score exceptionnel si l'on considère le nombre de films récents avec lesquelles il se trouve en compétition.

Pour Richard Crouse, critique de cinéma à l'émission Canada AM de CTV, ce succès s'explique par la justesse et l'authenticité avec laquelle les réalisateurs ont saisi est restitué les angoisses des adolescents.

«Pour la première fois, on voyait à l'écran des gamins avec de vrais problèmes, qui n'avaient pas peur d'en parler ni d'agir. Ces films ont très bien capté ce qui constituait et constitue encore les préoccupations des adolescents», explique-t-il.

C'est aussi le sentiment de Danielle McNally, une élève du secondaire de 18 ans, dont les deux films préférés ont été tournés avant sa naissance: Sixteen Candles (1984) et Say Anything (1989).

«J'ai bien aimé Superbad, mais c'est parfois un peu lourd. Ces films-là ne le sont pas et c'est pourquoi je les aime tant, explique-t-elle pendant sa pause déjeuner, dans une école du centre ville de Toronto. Ils sont juste drôles et plein de fraîcheur. Mes amis et moi, nous ne nous lassons jamais de les regarder.»

Mais si les films des années 80, et en particuliers ceux de John Hughes, sont devenus une référence en matière de comédie pour adolescents, un renouvellement du genre est-il possible?

Richard Crouse pense que le producteur américain Judd Apatow (40 ans et encore puceau, Superbad) et le scénariste et acteur Canadien Seth Rogen sont de sérieux prétendants pour la relève.

«C'est vrai que Superbad est parfois osé, mais les personnages - trois garçons - sont attachants, malins, drôles et rencontrent de vrais problèmes d'adolescents», analyse M. Crouse.

Pour ce dernier, le succès de Superbad tient notamment au fait que le scénario a été écrit par Seth Rogen lorsqu'il était lui-même adolescent, ce qui lui confère une authenticité et une fraîcheur dont les scénaristes plus âgés ne peuvent se prévaloir.

Le scénario de Pineapple Express, produit par Judd Apatow, a aussi été écrit par l'acteur canadien dans sa jeunesse. Le film sort cet été et permettra de vérifier si le duo est capable de détrôner John Hughes auprès du public adolescent.

Richard Crouse, lui, est convaincu que le prochain gros succès pour adolescents ne pourra de toute façon pas être aussi innocent que Sixteen Candles.