Bill Graveland LA PRESSE CANADIENNE

M. Spock ne se permet jamais le moindre sentiment, mais l'acteur qui le personnifie ne s'est pas gêné jeudi pour dire qu'il est en rogne contre la décision de ne pas présenter en première le nouveau film Star Trek dans une ville du sud de l'Alberta.

Leonard Nimoy soutient que Star Trek XI devrait se rendre là où aucun autre film ne s'est rendu auparavant.

La mission de la ville de Vulcan, au sud-est de Calgary, pour voir le film sur ses écrans le jour de première, le 8 mai, semble avoir échoué cette semaine. Paramount Pictures a soutenu que certains détails ne pouvaient pas être réglés.

La municipalité portant le même nom que le lieu de naissance de M. Spock a profité de cette coïncidence pour se tailler une place comme attraction touristique. Et maintenant M. Spock revient pour aider les siens.

«Il me semble que quelqu'un à Paramount devrait démontrer un peu d'intérêt et ne pas prendre la situation à la légère», a affirmé Leonard Nimoy à La Presse Canadienne, à Los Angeles.

«Les citoyens de ma planète d'origine Vulcan ne sont pas heureux. Je ne dirais pas qu'ils sont tristes ou fâchés, car il s'agit de sentiments, mais ils estiment illogique que Paramount ne puisse pas faire en sorte de diffuser le film à Vulcan», a-t-il ajouté en riant.

Leonard Nimoy, qui a incarné le rôle de M. Spock dans la série originale et dans plusieurs films de Star Trek, a seulement appris l'existence de la ville albertaine de Vulcan, jeudi, sur internet.

Il a dit avoir envoyé des courriels à répétition à Paramount pour tenter de forcer le géant à changer sa décision. «Le peuple de Vulcan a droit à son jour au soleil», a-t-il lancé.

Leonard Nimoy joue un petit rôle dans Star Trek XI, qui se concentre sur les années de jeunesse de M. Spock et du capitaine James T. Kirk.

Vulcan a tout tenté pour avoir droit à la première du film. Un groupe créé sur le site de réseautage Facebook a obtenu la faveur de plus de 1500 membres.

La coordonnatrice touristique pour la ville de Vulcan, Dayna Dickens, n'en revenait pas du soutien accordé par M. Spock et avait un aveu à faire.

«J'ai reçu un appel de Leonard Nimoy jeudi, mais j'ai vraiment cru qu'il s'agissait d'un canular», a-t-elle confié.