Laurence Joan-Grangé LA PRESSE

Disparu dans des circonstances mystérieuses qui restent inconnues 160 ans plus tard, Edgar Allan Poe a connu un destin immensément triste et tragique. «Il était son propre ennemi», évoque le metteur en scène Stuart Gordon, qui aux côtés de son acteur Jeffrey Combs, parle de leur adaptation pour la scène de la vie de l'auteur du Chat Noir et du Scarabée d'or.

Il y a un an, Gordon et Combs ont présenté sur une scène de Los Angeles leur création Nevermore: An Evening with Edgar Allan Poe. Ce qui devait être un court tour de piste de quatre semaines s'est étiré sur six mois, avec des tournées qui les ont amenés notamment à Austin au Texas ainsi qu'au Westminster Hall de Baltimore, à un jet de pierre de la tombe de leur mythique source d'inspiration.

Invités du festival Fantasia - qui, primeur cette année, compte à sa programmation une pièce de théâtre -, les concepteurs de Nevermore sont tombés dans l'oeil de Mitch Davis, le grand manitou de Fantasia, à l'occasion d'une représentation à Los Angeles. «Nous allons jouer au Rialto, qui est un lieu incroyable avec quelque chose d'une maison hantée.»

Dans cette soirée avec l'ancêtre de Conan Doyle, des auteurs de policiers et de la science-fiction, il faudra s'attendre à tout. «Les choses ne se passent pas comme prévu, dans notre pièce. On sait que Poe avait un problème d'alcool qui le rendait hors de contrôle. Les spectateurs vont vite se rendent compte que ce qui se passe sur scène va déraper. Lors d'une représentation, une spectatrice voulait même intervenir!» raconte Jeffrey Combs, que l'on sent habité par le mythique auteur qu'il joue en solo pendant 90 minutes.

L'action de Nevermore se situe en 1848, soit un an avant la mort d'Edgar Allan Poe. La pièce fait référence au décès prématuré à 23 ans de sa cousine qu'il avait épousée 10 ans plus tôt, à son alcoolisme, au sort atroce qu'on connu toutes les femmes de sa vie, mais aussi à sa colossale contribution à la littérature. «En plus d'être un brillant poète et auteur, Poe a été un important critique littéraire. Il a été le premier à dire et prouver que Longfellow était un plagiaire», rappelle Stuart Gordon.

Une soirée glauque et inquiétante, entre les murs plein de fantômes du Rialto. Edgar Allan Poe, 200 ans après sa naissance, n'en finit plus de ressusciter.

Nevermore, an Evening With Edgar Allan Poe, ce soir dans le cadre du festival Fantasia.