Marc-André Lussier LA PRESSE

Jack Nicholson s'est fait plutôt rare sur les écrans au cours des dernières années. Depuis The Departed (Martin Scorsese) et The Bucket List (Rob Reiner), le célèbre acteur n'a plus été vu du tout au cinéma. Il aura fallu une proposition de James L. Brooks pour le faire sortir de sa retraite.

«Jim est probablement le meilleur scénariste du monde!» a déclaré Jack Nicholson au cours d'une conférence de presse tenue à New York dimanche dernier. «C'est un privilège de travailler avec lui. Et puis, nous sommes plutôt proches. Il est rare d'avoir l'occasion de tourner un film avec un ami très cher. Les quelques Oscars que ses films m'ont valus ne nuisent pas non plus!»

Nicholson retrouve ainsi Brooks pour une quatrième fois. Des trois films qu'il avait déjà tournés sous sa direction, deux lui ont valu les plus grands honneurs hollywoodiens. L'Oscar du meilleur acteur de soutien lui a été remis en 1983 grâce à sa performance dans Terms of Endearment; celui du meilleur acteur en 1997 pour As Good as It Gets. Broadcast News (1987) est aussi classé au rayon des bons souvenirs.

«Jim a cette capacité de traiter de sujets graves - la vie, la mort, l'amour, les relations familiales, le travail, etc. - avec beaucoup d'humour, observe l'acteur. Il trouve ce parfait équilibre en se donnant toujours de nouveaux défis à relever. Dans How Do You Know, la difficulté pour moi était de faire en sorte que l'amour que cet homme ressent pour son fils transperce à travers l'apparente dureté du personnage. Un doux requin, en quelque sorte. Cela dit, le personnage est déjà tellement bien défini dans le scénario qu'il ne reste plus qu'à le jouer! C'est-à-dire qu'il n'est nul besoin de trouver son inspiration à l'extérieur ou chez quelqu'un d'autre. Tout est déjà là!»

Plusieurs facettes

Dans cette comédie sentimentale, que Brooks a voulue branchée sur l'air du temps, Nicholson incarne un requin du monde des affaires déçu par un fils, George (Paul Rudd), qu'il estime ne pas être à la hauteur de ses attentes. Il appert pourtant que le jeune homme, bien sous tous rapports, risque maintenant la prison, accusé d'un crime financier dont il ne se sent pas du tout responsable. Les relations tendues entre le père et le fils ne constituent toutefois qu'une facette de l'histoire.

Parallèlement à ses déboires professionnels, George s'engage en effet dans une relation sentimentale compliquée avec Lisa (Reese Witherspoon), star de l'équipe nationale américaine de softball qui, comme George, vit les moments les plus difficiles de sa vie. Retranchée de l'équipe pour cause de «vieillesse» (elle a atteint la trentaine!), Lisa ne sait plus trop comment gérer sa vie, d'autant plus qu'elle entretient aussi une liaison, disons plus «épidermique», avec un joueur de baseball (Owen Wilson). Le titre du film fait ainsi écho à un questionnement intime: comment être fidèle à ses propres sentiments? Comment savoir s'il s'agit véritablement d'amour?

«À mes yeux, j'avais parfois l'impression d'être aux prises avec une pièce de théâtre tellement l'écriture de Jim est parfaite! a dit de son côté Reese Witherspoon. Il n'y avait pas une virgule à changer. Ne restait plus qu'à se mettre le texte en bouche. C'était la première fois que j'avais l'occasion de vivre une chose comme celle-là au cinéma. Il m'intéressait aussi de jouer une femme ayant du mal à reconnaître ses sentiments. Et qui a de la difficulté à les verbaliser. Cela n'est pas très fréquent pour les personnages féminins dans les films.»

«Quant à moi, ajoute Paul Rudd, j'aimais l'idée d'incarner un homme qui décide de garder sa dignité en toutes circonstances, même s'il sait qu'il a l'air fou aux yeux des autres. George est très gentil de nature. J'avais même parfois l'impression que ce personnage sortait d'une autre époque, directement des années 40 à vrai dire!»

Ne rien faire

La complicité entre Jack Nicholson et Paul Rudd - ce dernier se pince encore à l'idée de partager l'écran avec l'acteur légendaire - constitue aussi l'un des atouts du film.

«Quand je tombe sur un bon projet, je retrouve toujours mon enthousiasme, explique Nicholson, aujourd'hui âgé de 73 ans. Ce métier m'excite toujours autant, mais il s'adonne que je trouve de moins en moins de rôles intéressants. Mes amis croient que je serais incapable de me passer de jouer au cinéma, mais ce n'est pas vrai. J'adore ne rien faire. Il faut vraiment un projet motivant pour m'inciter à replonger. Quand je ne travaille pas, j'aime me lever très tard, jouer au golf, m'intéresser aux études de mes enfants, fréquenter mes potes, draguer les femmes. Je parle aussi parfois à mon député et j'assiste à des funérailles!»

How Do You Know (Comment savoir en version française) prend l'affiche le 17 décembre. Les frais de voyage ont été payés par Columbia Pictures.