André Duchesne LA PRESSE

Les prochains projets de film des réalisateurs Xavier Dolan, Robert Lepage, Luc Picard, Luc Dionne et Bernard Émond recevront du financement de la SODEC et de Téléfilm Canada, parfois des deux organismes, a-t-on annoncé hier.

Le projet de film de Marc Labrèche, Le cri du rhinocéros, a toutefois fait chou blanc pour cette ronde de financement. Ce n'est pas une catastrophe. Les projets sont souvent refusés à leur premier dépôt de demande de subsides. 

Au total, 14 projets de films recevront l'aide de la SODEC ou de Téléfilm. Et six d'entre eux ont convaincu les analystes des deux organismes à leur verser des subventions. 

Ce sont Laurence Anyways de Xavier Dolan, Pee Wee d'Éric Tessier, Ésimésac de Luc Picard (basé sur un scénario de Fred Pellerin), Inch'Allah d'Anaïs Barbeau-Lavalette (réalisatrice du film Le Ring), Le projet Omerta de Luc Dionne (auteur de la série du même nom) et Tout ce que tu possèdes de Bernard Émond (La femme qui boit, La Neuvaine). 

Par ailleurs, l'auteur et metteur en scène Robert Lepage (Le confessionnal, ) reviendra au cinéma avec le film Michelle Marie Thomas, inspiré de sa pièce de théâtre Lypsinch, fresque urbaine traitant de la création, de l'équilibre mental, de la solitude et de la voix humaine dans tous leurs aspects. Pour l'instant, seule la SODEC a accepté de verser des fonds à la production. 

La réalisatrice Manon Briand, financée par Téléfilm, fait aussi un retour au grand écran avec Liverpool, une comédie romantique. Son dernier film, La turbulence des fluides, remonte à 2002. 

Le jeune réalisateur Simon Lavoie a lui aussi reçu l'appui de Téléfilm pour son adaptation du roman d'Anne Hébert, Le Torrent

Quant au film Le cri du rhinocéros que doit réaliser Marc Labrèche, ce n'est que partie remise pour les producteurs. «Marc va retravailler son scénario. Il est déjà au travail», lance Diane England de la boîte Zone 3 qui produira le film. 

Celle-ci se dit convaincue que tout sera prêt en vue du prochain dépôt à la SODEC à la fin du mois de janvier. Avec de la chance, le tournage prévu à l'été 2011 ne sera pas retardé. «Il n'y a pas que nous. Plein de bons projets ont été rejetés», observe Mme England.