Jozef Siroka LA PRESSE

À 13 ans, Darren Aronofsky a remporté un concours de poésie organisé par les Nations Unies. Son poème racontait la fin du monde vue à travers les yeux de Noé, le personnage biblique connu pour son arche.

Le réalisateur de Black Swan n'a pas oublié son oeuvre de jeunesse et s'en est inspiré pour son prochain film. Il collabore depuis le début de l'année à un roman graphique intitulé Noah avec l'artiste canadien Nico Henrichon.

Récemment, il a retenu les services du scénariste-vedette John Logan (The Aviator, Gladiator) pour adapter son récit postapocalyptique. Des studios comme Paramount et Fox se montrent très intéressés à financer le film, dont le budget est estimé à 130 millions (plus que 10 fois le montant alloué à Black Swan).

En 2008, Aronofsky a décrit son projet ainsi : «C'est la fin du monde et c'est le deuxième bateau le plus connu après le Titanic. Noé a été le premier environnementaliste. Il a été la première personne à planter des vignobles et à boire du vin et à se saouler. Tout ça est dans la Bible - c'est une des premières choses qu'il a faites lorsqu'il a atteint la terre ferme. On y retrouve un réel sens de la culpabilité du survivant. C'est un personnage sombre, complexe.»

- source: deadline.com