Mathieu Chantelois LA PRESSE

Ce soir, les stars du cinéma indien fouleront à Toronto le tapis (vert!) de la prestigieuse remise des statuettes du septième art made in Bombay. Gros plan sur les oscars de Bollywood.

Namaste Toronto! La Ville reine accueille pour la première fois tout le gratin du cinéma bollywoodien. Les plus grandes étoiles de cette industrie sont en ville pour la remise des prix de l'Académie internationale du film indien, plus connue sous le nom anglais de l'International Indian Film Academy (IIFA).

Plus de 700 millions de téléspectateurs seront rivés devant leur petit écran ce soir pour le dévoilement des gagnants: c'est environ 10% de la population mondiale. Dans les années précédentes, la remise des oscars du film indienretenait peu l'attention de la presse en Amérique. Mais cette année pourrait bien changer la donne.

«Toronto offre une toute nouvelle vitrine à la manifestation», s'enthousiasme Farzan Dehmoubed, vice-président des cinémas Albion, les salles de projection torontoises diffusant exclusivement des longs métrages du Sud-Est asiatique. «Pour la première fois, j'ai l'impression que l'Amérique s'intéresse vraiment à notre cinéma.»

À Toronto, l'engouement est de taille: «Près de 600 000 Ontariens ont des racines en Inde, poursuit Dehmoubed. Ils entretiennent des liens très intimes avec leur star-système. Pour eux, c'est une chance unique de voir de près les vedettes de leur cinéma».

Preuve de ce succès: les 22 000 sièges du Centre Rogers, l'hôte de cette grande fête du cinéma, se sont envolés en quelques minutes. Les billets se vendent dorénavant à plus de 1000$ l'unité sur le marché noir. Selon le ministère du Tourisme et de la Culture, la manifestation cinématographique a attiré ce week-end plus de 40 000 visiteurs dans la ville.

Tapis vert

Au Québec, quelques chaînes spécialisées offriront la couverture du tapis vert, sur lequel défileront ce soir toutes les vedettes dans leurs tenues les plus scintillantes et somptueuses. Il y a quelques années, les organisateurs ont remisé le traditionnel tapis rouge pour laisser place à cette nouvelle couleur, un rappel de la cause environnementale, particulièrement cher aux organisateurs.

«La soirée est un peu construite comme l'un de nos films: elle sera entrecoupée de performances musicales et de danse. Notre pays compte plus de 3000 dialectes, la musique et la danse sont nos langages communs», explique Binoy Thomas, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire The Weekly Voice, le journal sud-asiatique de la grande région métropolitaine de Toronto.

Londres, Amsterdam, Dubaï, au cours des 12 dernières années, les IIFA ont beaucoup voyagé. Mais pour Binoy, le choix de la Ville reine allait de soit: «Nous sommes la troisième région centre de production cinématographique et télévisuelle en Amérique du Nord.»

Le premier ministre Dalton McGuinty a versé 12 millions pour accueillir le cortège étoilé. Le gouvernement provincial compte beaucoup sur la cérémonie de ce soir pour créer de nouveaux liens économiques avec l'Inde. Pour attirer des touristes en Ontario, une vidéo de plus de trois minutes sera projetée au cours de la cérémonie afin de présenter la Tour CN et les chutes du Niagara.

Et qui repartira avec les statuettes? «Aucune idée, conclut Binoy, entre deux éclats de rire. Chaque année, je perds tous mes paris! La seule chose que je sais, c'est qu'on ne risque pas de s'ennuyer!»

PARMI LES STARS

Shah Rukh Khan

On le surnomme le «Tom Cruise de Bollywood». Il est la plus grande star de l'industrie depuis 20 ans. Le magazine américain Newsweek a écrit qu'il était l'une des 50 personnes les plus influentes de la planète.

Priyanka Chopra

Le nom de cette Miss World (1995) se trouve déjà en haut de l'affiche de plus de 20 productions bollywoodiennes.

Ranbir Kapoor

Il est tombé dedans quand il était petit. Ses parents, ses oncles, son grand-père et deux de ses grands-oncles sont des cinéastes. Mais c'est devant la caméra qu'il a fait sa marque. Il est aujourd'hui le plus grand séducteur du cinéma indien.

Anil Kapoor

Cet acteur et producteur a aussi goûté à la gloire hollywoodienne. Il a campé l'animateur du jeu télévisé dans Le pouilleux millionnaire et tenu le rôle du président Omar Hassan dans la saison 8 de 24 heures chrono.