Publié le 23 févr. 2012
Nicolas Bérubé LA PRESSE

Le trottoir devant le Kodak Theatre ressemble à un studio de télévision. Les hôtels chics affichent complet. Des invitations à des soirées et à des fêtes s’empilent dans les boîtes de réception de L.A. Pas de doute : la fièvre des Oscars est arrivée.


Cette année, le gala s’annonce bon enfant et familial. The Artist, Moneyball, The Help, Midnight in Paris: 2012 est l’année de l’entraide, du rêve, de la nostalgie.


Embauché après la défection d’Eddie Murphy, l’automne dernier, c’est Billy Crystal qui animera le 84e gala des Oscars, dimanche. Le coproducteur de la cérémonie, Don Miescher, a dit que Crystal ne tenterait pas de piquer les acteurs, comme le fait Ricky Gervais à la soirée des Golden Globes.

« Ricky est divertissant, c’est vrai, mais je ne crois pas que les Oscars soient l’occasion pour faire des blagues méchantes, pour s’en prendre de façon brutale et directe aux gens », a-t-il dit.

Billy Crystal, une valeur sûre
Crystal est vu comme une valeur sûre, capable de mener la soirée sans à-coups. Ce sera la neuvième fois que le comédien animera la soirée, et la première fois depuis 2004.


Il ne sera pas le seul à faire des blagues sur scène : Tina Fey, Kristen Wiig, Will Ferrell et Zach Galifiankis, notamment, viendront donner un peu d’imprévisibilité au gala.

La performance du Cirque du Soleil retient aussi l’attention. Le Cirque a fait savoir que 50 artistes allaient être sur scène pour leur numéro, dont la musique est signée Danny Elfman. La troupe avait donné un spectacle lors du gala des Oscars en 2002, et la réception avait été telle qu’Hollywood avait fait des pieds et des mains pour avoir un spectacle permanent du Cirque, souhait qui s’est réalisé avec la venue d’Iris au Kodak Theatre.


Baron Cohen en dictateur ?
Hier, une information du Hollywood Reporter a divisé les fans : le magazine soutient que l’acteur Sacha Baron Cohen compte se présenter au gala de dimanche habillé en dictateur, avec un habit blanc recouvert de décorations militaires et arborant une longue barbe hirsute. Ce personnage est bien sûr celui que Baron Cohen incarne dans son prochain film, The Dictator, où l’acteur joue le rôle... d’un dictateur excentrique à la Kadhafi.


En soirée hier, le site de nouvelles Deadline Hollywood affirmait que l’Académie empêcherait l’acteur d’assister à la cérémonie s’il arborait ce déguisement, même si l’apparition du personnage pourrait avoir pour effet de détendre l’atmosphère souvent coincée du gala des stars…


Hollywood and Highland Center
Le Kodak Theatre perdra d’ailleurs son nom pour le gala de dimanche. En faillite, la firme Kodak a rompu le contrat qui liait son nom à la célèbre salle de spectacle qui accueille la cérémonie des Oscars depuis 10 ans. Il sera donc question du « Hollywood and Highland Center », du nom du carrefour où s’élève le complexe.


La barre est haute cette année pour les Oscars. Plus tôt ce mois-ci, la cérémonie des Grammy a attiré près de 40 millions de téléspectateurs, soit plusieurs millions de plus que la plupart des galas des Oscars des dernières années. Traditionnellement, la cérémonie des Oscars est au deuxième rang des émissions les plus regardées aux États-Unis, après le Super Bowl.

L’an dernier, les critiques avaient démoli le gala, animé par Anne Hathaway et James Franco. La soirée s’était étirée, et les sketchs mettant en vedette les animateurs n’avaient pas provoqué les réactions escomptées.

Midnight in Paris vainqueur ?
Cette année, le film muet The Artist est le grand favori dans la course à l’Oscar du meilleur film. Or, selon une analyse de l’opinion du public, Midnight in Paris, de Woody Allen, pourrait créer la surprise dimanche soir en remportant l’Oscar convoité. Des chercheurs de l’Université du Sud de la Californie (USC), en partenariat avec le L.A. Times, en sont arrivés à cette conclusion étonnante en analysant des milliers de tweets portant sur les films en nomination.


Les chercheurs soutiennent que leur formule est « étonnamment précise ». Ils disent avoir prédit l’insuccès du film Cowboys & Aliens des semaines avant son arrivée au box-office. Twitter est loin d’être un outil marginal durant les grands galas télévisés : l’an dernier, plus de 1,2 million de tweets sur les Oscars avaient été envoyés durant la cérémonie.