Source ID:; App Source:

RVCQ: François Delisle et Chloé Robichaud honorés

Chloé Robichaud et François Delisle... (Photos archives La Presse)

Agrandir

Chloé Robichaud et François Delisle

Photos archives La Presse

Le prix Luc-Perreault/La Presse de l'Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC) a été remis ce matin à François Delisle pour son film Le météore tandis que le prix Gilles-Carle du meilleur premier ou second long métrage de fiction a été remis à la cinéaste Chloé Robichaud pour son long métrage Sarah préfère la course.

Ces récompenses étaient remises dans le cadre de la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois. L'annonce en a été faite à la Cinémathèque québécoise.

Le prix annuel de l'AQCC vise évidemment à récompenser le meilleur film de l'année qui vient de se terminer aux yeux de l'association qui compte une quarantaine de membres. Lancé au Festival de Sundance en janvier 2013, Le météore raconte de façon onirique et avec des voix hors champ le parcours de Pierre, un homme purgeant une longue peine de prison, et de quelques personnes de son entourage.

«Luc Perreault est le premier critique avec qui j'ai fait ma première entrevue il y a 21 ans pour le film Ruth. Il avait intitulé l'article «Une comète baptisée François Delisle». Recevoir ce prix pour Le météore, c'était finalement écrit dans le ciel...», nous a déclaré M. Delisle qui est en train de tourner son prochain long métrage intitulé Chorus.

Chloé Robichaud

Formé du scénariste et réalisateur Ian Lauzon, de la comédienne Sylvie Moreau et de Manuel Moutier, membre du comité de sélection du Festival de Cannes, le jury du prix Gilles-Carle a quant à lui estimé que le film de Mme Robichaud, lancé à Cannes en mai 2013, s'est démarqué par l'«assurance incontestable» de la jeune réalisatrice.

«Le film témoigne d'une grande maîtrise du plan et de la mise en scène. Il aborde aussi un sujet difficile, soit la confusion existentielle d'une certaine jeunesse, indique le jury. Cette confusion passe par la représentation tout en nuance de l'ambiguïté sexuelle du personnage qui, ultimement, préfère la fuite en avant aux impasses relationnelles. Une tragédie sans pathos, dont la retenue angoissée se fissure au finish.»

«Je suis très honorée de recevoir un prix qui porte le nom de Gilles Carle. C'est un prix qui me donne des ailes pour la suite de ma carrière», nous a indiqué Mme Robichaud par courriel.

Le jury a également attribué une mention spéciale au cinéaste Éric Morin pour son film Chasse au Godard d'Abbittibbi. Il est intéressant de noter que la comédienne Sophie Desmarais est la tête d'affiche des deux films salués par le jury du prix Gilles-Carle.

Autres prix

Plusieurs autres récompenses ont été attribuées ce matin. Ce sont :

  • Prix Pierre et Yolande Perreault du meilleur premier ou deuxième documentaire: Cédric Houin Varial pour Wakhan; Mention spéciale à Paul Tom pour Un pays de silences
  • Prix à la création artistique du Conseil des arts et lettres du Québec: Olivier Godin pour Full love 
  • Prix Simplex du meilleur court métrage de fiction: Monia Chokri pour Quelqu'un d'extraordinaire
  • Prix à l'innovation ONF: Félix Lajeunesse et Paul Raphaël pour The sparkling river 
  • Prix COOP Vidéo pour la meilleure mise en scène d'un court métrage: Geneviève Dulude-DeCelles pour La coupe et Ara Ball pour L'ouragan fuck you tabarnak!
  • Prix TV5 de la meilleure oeuvre franco-canadienne: Mélanie Léger pour Emma fait son cinéma
  • Prix journal Métro du meilleur film étudiant: Pier-Philippe Chevigny pour Tala; Mention spéciale à Nicolas Ménard pour Somewhere




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer