Deux constats s'imposent au terme du visionnement de Salma, plus récent documentaire de la cinéaste britannique Kim Longinotto. D'abord, cette battante ne semble avoir conservé ni séquelles ni amertume du quart du siècle (!) durant lequel sa famille et sa belle-famille l'ont tenue enfermée. En second lieu, on s'étonne de constater que tout ce beau monde se parle encore aujourd'hui!

Mis à jour le 19 nov. 2013
André Duchesne LA PRESSE

Dire que le film plonge dans l'intimité familiale de cette poète indienne devenue une sensation littéraire et une vedette politique dans son pays devient un euphémisme.

C'est ce qui donne tout son sens et son zeste au documentaire qui, par ailleurs, ne nous a pas impressionné avec son étalonnage criard (vive la HD). Passons...

Salma a le grand mérite de nous faire comprendre qu'encore aujourd'hui, les femmes de plusieurs endroits dans le monde doivent se battre, ne serait-ce que pour un début d'accès à l'égalité.

Aujourd'hui à 17 h 30, au Cinéma du Parc 1.