Être là - Régis Sauder «Qui appelle?», demande l'une des psychiatres de la maison d'arrêt des Baumettes près de Marseille. Entre les murs de cet endroit sinistre où la maladie mentale est aussi lourde que l'ambiance, la question résonne régulièrement.

Publié le 16 nov. 2012
LA PRESSE

Ici, les personnes atteintes de maladies mentales réclament, demandent, se plaignent sans arrêt. Les soignants font ce qu'ils peuvent. La tâche est lourde. Pour les prisonniers, les membres du personnel médical se rapprochent le plus de ce qu'est le monde extérieur. Mais ce personnel est également emmuré dans une prison intérieure, tant la tension est forte. Une femme lit des passages de son journal personnel face à l'écran.

«Plus j'avance dans mon métier et plus je pense qu'une des qualités d'un psychiatre est la résistance. Résister avec son patient à la folie qui envahit», dit-elle. Troublant. Le choix du noir et blanc est à propos et ne verse pas dans le pathos. Par contre, une surdose d'effets musicaux traduisant les tensions vient édulcorer un brin le propos. - André Duchesne

Aujourd'hui à 17 h 45 à la salle Fellini de l'Excentris.

La nouvelle Rupert - Nicolas Renaud

Rivière mythique, la Rupert a toujours été un garde-manger pour les Cris et occasionnellement pour les trappeurs et les aventuriers. Aujourd'hui, elle a perdu de sa superbe après avoir été harnachée pour créer un barrage.

Le cinéaste Nicolas Renaud fait le tour du dossier avec brio dans un film qui donne la parole à toutes les parties. Hydro-Québec explique les efforts déployés pour amenuiser les conséquences du projet.

«Quand on triture la nature, seulement le futur nous dira quelles en seront les conséquences», dit de son côté un travailleur autochtone. Hydro aide les locaux à trouver du poisson et a créé une écloserie d'esturgeons.

La nouvelle Rupert est un bon documentaire avec des images splendides de cette région située au nord du lac Mistassini où autochtones et allochtones essaient de rattacher ce qui a dérivé. - Éric Clément

Aujourd'hui à 21 h à la salle Claude-Jutra de la Cinémathèque québécoise.