Le cinéaste français Arnaud Des Pallières, encore peu connu sur la scène internationale, propose l'adaptation cinématographique d'une nouvelle de l'auteur allemand Heinrich Von Kleist.

Publié le 13 nov. 2013
Marc-André Lussier LA PRESSE

Dans ce drame historique campé au XVIe siècle, l'acteur danois Mads Mikkelsen (La chasse, Liaison royale) incarne un marchand de chevaux honnête et intègre qui, après avoir été victime de l'injustice d'un seigneur, lève une armée. Il met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes, Michael Kohlhaas est une oeuvre visuellement somptueuse. D'une âpre beauté, dirons-nous. Et aussi très austère sur le plan de la mise en scène.

Le bât blesse toutefois sur le plan narratif. L'histoire est rarement mise en contexte. Il faut aussi dire que Mads Mikkelsen, qui ne maîtrise pas la langue française, a dû apprendre ses répliques phonétiquement. Forcément, ça gêne.Ce soir, 20 h 45, au Cinéma Impérial.