Source ID:; App Source:

32e FIFA: une édition audacieuse

Le directeur et fondateur du FIFA, René Rozon.... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Le directeur et fondateur du FIFA, René Rozon.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Le Festival international du film sur l'art (FIFA) sera de retour à Montréal du 20 au 30 mars avec une 32e présentation qui proposera 270 documentaires provenant de 34 pays. Au menu, des films sur Brigitte Bardot, David Bowie, Picasso, Jacques Brel, Jack Kerouac, Pier Paolo Pasolini, Lucian Freud, Armand Vaillancourt, Louise Latraverse, Édith Piaf, Jean Cocteau, Mercedes Sosa ou Jimi Hendrix. Réservez vos soirées... et vos matinées!

Comme chaque année, les films canadiens comme les oeuvres étrangères présentés au FIFA se déclineront sous un grand nombre de thèmes: le cinéma, la littérature, la danse, la musique, l'opéra, la BD, les arts plastiques et médiatiques, le théâtre, l'architecture, la joaillerie, l'art technologique, le design, l'art culinaire et la mode en sont quelques exemples. La programmation présentée dans 11 lieux de diffusion est donc très diversifiée. Le directeur et fondateur du FIFA, René Rozon, a placé l'édition de cette année sous le signe de l'audace et de l'enchantement.

L'audace réside certainement dans la programmation de la section FIFA expérimental et ses 56 oeuvres canadiennes, des films et des vidéos réunis par la commissaire Nicole Gingras, avec notamment la nouvelle installation pour trois projecteurs vidéo de l'artiste d'Halifax Jan Peacock, The the (Things that go in the Horizon), présenté à la Cinémathèque québécoise du 21 mars au 25 avril.

Films d'ici

Parmi les films canadiens et québécois, à noter L'art fait du bien de Jean-Sébastien Ouellet, qui a suivi sept personnes dans leur découverte de l'art. 

Denis Blaquière proposera trois documentaires sur la BD québécoise avec des portraits de Michel Rabagliati, Jean-Paul Eid et Thierry Labrosse.

Pour les collectionneurs d'art, le film d'Anne-Marie Tougas, Les chercheurs d'art, ne manquera pas d'intérêt, non plus que Herb&Dorothy 50x50, de Megumi Sasaki, qui suit le couple de collectionneurs américains Herbert et Dorothy Vogel, qui ont légué leurs oeuvres à une cinquantaine de musées américains. Les arts visuels sont très représentés dans cette édition, avec des documentaires sur Picasso, Fernand Leduc, Colville, Georges Braque, Lucian Freud, Armand Vaillancourt, Richard Ferron et, enfin, les créateurs du Mile End Glen Lemesurier, Rouge Lefebvre et Radwan Moumneh.

Mario Rouleau présentera le documentaire Marie Chouinard: Le sacre du printemps, à l'occasion du centenaire de l'oeuvre de Stravinski. Pour les amateurs de bijoux, Les maîtres du rêve. Les joailliers français et suisses, de Guillaume de Ginestel, présentent les grands joailliers Chaumet, Boucheron et Chopard. L'univers de Samuel Beckett et la création littéraire seront abordés dans Meeting with a Young Poet, de Rudy Barichello.

Art culinaire

L'art culinaire est représenté au festival par le film Thierry Marx: le chef et la 5e saveur, de Jean Barrat, qui a suivi le chef cuisinier près de ses fourneaux, au restaurant gastronomique Mandarin oriental, à Paris.

D'autres documentaires racontent l'histoire du polo Lacoste, les liens entre le réalisateur John Ford et la Monument Valley, la vie de Jean Cocteau, celle du cinéaste Luis Buñuel ou de la comédienne Brigitte Bardot, l'univers de la chanteuse argentine Mercedes Sosa, le pacifisme du compositeur britannique Benjamin Britten, un hommage à Noureev, ou encore l'oeuvre de Giuseppe Verdi à travers les voix de Ruggero Raimondi et Natalie Dessay...

Enfin, trois projections seront données à la Société des arts technologiques pendant le FIFA: le film musical et immersif Harmonielehre (avec l'OSM), le film Escher's Universe et le documentaire sur la musique électronique de Kraftwerk, Pop Art.

Infos sur le FIFA: www.artfifa.com

CINQ SUGGESTIONS

Google and the World Brain

Un documentaire de Ben Lewis (Espagne, Royaume-Uni), 2013, 1h29. En anglais et espagnol (sous-titres anglais).

Au début des années 2000, Google souhaitait numériser tous les livres écrits dans l'histoire de la planète sans tenir compte des droits d'auteur. Des éditeurs et des auteurs américains et européens se sont battus contre ce projet raconté par le film. Une table ronde suivra la projection, le 25 mars à 18h30, à la Grande Bibliothèque.

L'affaire Pasolini

Un documentaire d'Andreas Pichler (Allemagne), 2012, 52 min. En français.

L'écrivain, journaliste et cinéaste italien Pier Paolo Pasolini a été assassiné le 2 novembre 1975. Un prostitué avait été condamné pour le meurtre, mais le crime politique - lié à des révélations que Pasolini voulait faire au sujet du meurtre d'un magnat du pétrole italien - avait été évoqué. Le documentaire relate les circonstances de la mort de l'artiste et l'enquête bâclée qui a suivi.

Jacques Brel, dernière ligne droite aux Marquises

Un documentaire d'Alain Gordon-Gentil et Laurent Ramamonjiarisoa (Belgique, France), 2013, 52 min. En français.

En 1966, le chanteur Jacques Brel décide d'arrêter de chanter sur scène. Il monte la comédie musicale L'homme de la Mancha, tourne dans des films, devient metteur en scène puis quitte l'Europe pour une île du Pacifique. Le documentaire relate les dernières années de sa vie dans le petit paradis des Marquises.

Beat Generation - Jack Kerouac, Allen Ginsberg & William Burroughs

Documentaire de Xavier Villetard (France), 2013, 55 min. En français et anglais (sous-titres anglais). L'amitié qui liait Kerouac, Ginsberg et Burroughs a donné naissance au mouvement littéraire de la Beat Generation, à New York. Le documentaire raconte cette aventure qui s'est poursuivie à San Francisco, Mexico, Tanger et Paris et qui s'est terminée avec la publication de Howl (Ginsberg, 1956), Sur la route (Kerouac, 1957), et Le festin nu (Burroughs, 1959).

The New Rijksmuseum

Un documentaire d'Oeke Hoogendijk (Pays-Bas), 2013, 56 min. En anglais et néerlandais (sous-titres anglais). La rénovation du musée le plus célèbre des Pays-Bas, le Rijksmuseum d'Amsterdam, a été compliquée et longue: 10 ans. Le musée a rouvert ses portes en avril 2013. Le film donne un aperçu du travail accompli pendant les années de démolition et de restauration ainsi que du débat politique et financier qui a entouré les travaux, dont le coût s'est élevé à 570 millions.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer