Dupuis l’éclosion du SARS-CoV-2 dans la province de Hubei, en Chine, le nombre d’insultes à caractère racial à l’endroit de personnes d’origine asiatique a bondi. La situation s’est aggravée quand Donald Trump s’est mis à qualifier le nouveau coronavirus de « virus chinois ». Le président américain vient peut-être de trouver un adversaire à sa mesure : Simu Liu, comédien canadien qui sera le prochain superhéros de l’univers Marvel.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« Quand le président des États-Unis fait ce genre de commentaires, il alimente le feu de façon délibérée et la situation empire », dit sans hésiter Simu Liu, qui interprétera le rôle-titre de Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings, dont la sortie est prévue en mai 2021.

« Quand le virus s’est propagé à l’extérieur de la Chine, bien des gens se sont mis à chercher des coupables, poursuit l’acteur et cascadeur de 31 ans, qui est coincé en Australie alors que le tournage du long métrage est suspendu en raison de la pandémie. Maintenant, des milliers de gens se font agresser verbalement et physiquement simplement parce qu’ils sont d’origine asiatique. »

Simu Liu, qui raconte avoir lui-même essuyé les insultes d’un homme dans un restaurant de Sydney, est très prompt sur les réseaux sociaux à dénoncer ces actes racistes – il a notamment attiré l’attention des internautes sur le site Next Shark, qui répertorie quotidiennement les agressions dont sont victimes les Américains d’origine asiatique.

C’est pourquoi il n’a pas hésité quand le Fonds des médias du Canada lui a demandé de faire la promotion des artistes canadiens d’origine asiatique dans le cadre de la campagne NOUS/MADE, mais aussi pour souligner le début du Mois du patrimoine asiatique.

« Je veux essayer de mettre en valeur les artistes asiatiques d’ici qui ont fait leur marque », a indiqué l’acteur, aussi connu pour son premier rôle dans la sitcom Kim’s Convenience

Je veux parler de leurs projets et souligner à quel point ils trouvent écho en moi. Il y a par exemple la comédienne Sandra Oh, qui fait partie de mes héros. C’est une Canadienne exemplaire qui nous fait honneur à la télé, notamment dans l’excellente série Killing Eve.

Simu Liu

En compagnie de la comédienne ontarienne d’origine tamoule Maitreyi Ramakrishnan, Simu Liu lancera le bal de la campagne de sensibilisation du Fonds des médias du Canada, à la suite de quoi il interpellera d’autres acteurs ou créateurs du Canada et du Québec tels que le réalisateur Kim Nguyen et la comédienne Cynthia Wu-Maheux, qui présenteront à leur tour leurs idoles ou héros canadiens d’origine asiatique.

Simu Liu ne se voit pas comme le champion de la cause asiatique au Canada et ne veut pas faire de parallèle avec le rôle de superhéros qu’il incarne dans l’univers Marvel. Mais il ne se défile pas pour autant.

« Je ne vois pas cela comme un poids sur mes épaules. Toutefois, je réalise à quel point on vit un moment historique. Parler et oser s’exprimer fait de nous des superhéros du quotidien. On peut tous en tirer des leçons. Mais j’admets que je vis actuellement un rêve auquel je n’aurais jamais pu songer en un million d’années. »

Avec son rôle pour Marvel, il espère qu’il pourra inspirer les jeunes Canadiens à célébrer leur patrimoine — en nous faisant réfléchir au fait qu’il y a environ 200 000 Québécois qui sont originaires d’Extrême-Orient.

« En grandissant à Kingston, j’étais à peu près le seul Asiatique de mon entourage, je me sentais complètement invisible, nous a-t-il avoué. Maintenant, je veux dire aux jeunes qu’ils ne sont pas seuls, qu’ils doivent être fiers et forts. On se doit de célébrer tous les efforts qui sont réalisés pour partager notre culture, c’est ce qui constitue la courtepointe canadienne. Mais bien sûr que j’aimerais que l’on voie chez nous davantage d’Asiatiques dans les arts et les médias. Notre environnement devrait refléter le monde dans lequel on vit. »

> Consultez le site de la campagne NOUS/MADE