Deux policiers aux méthodes et à la personnalité fort opposées font équipe pour une enquête qui les entraîne loin de Paris, dans les Alpes. Ce qui avait l’apparence d’un homicide lié à un règlement de comptes entre voyous d’une petite ville se révélera une affaire nationale. Et soudera le tandem pour de bon.

Publié le 6 mai
Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

Réalisé par le Français Louis Leterrier, maître des films d’action (Lupin, Insaisissables, Le transporteur), Loin du périph est ce qu’on surnomme dans la langue de Shakespeare un buddy movie. À l’instar de Bon Cop, Bad Cop, de De père en flic et d’autres comédies policières qui se conjuguent au masculin. Né aussi de l’envie du duo Omar Sy et Laurent Lafitte de retravailler ensemble, 10 ans après le succès de De l’autre côté du périph, ce film tient surtout grâce à leur belle complicité. Et le jeu des deux supervedettes arrive à nous faire oublier ses clichés et ses faiblesses.

Le scénario de Stéphane Kazandjian reprend tous les codes du genre, mais pour mieux les retourner en critique sociale envers ces Français, de plus en plus nombreux, qui flirtent avec l’extrême droite. Car en débarquant dans une petite ville bucolique, au pied des Alpes, Ousmane (Omar Sy) et François (Laurent Lafitte) seront dépaysés et mal accueillis par la population locale ; en particulier par son maire retors, qui est membre d’un parti anti-immigration, baptisé la France Vive.

Lorsque Ousmane fait remarquer à la policière (Izïa Higelin) venue le chercher à la gare que le maire semble un peu facho, elle s’oppose…

« Mais le mec, il est contre les Noirs, les Arabes, les Juifs, les pédés, l’Europe, le rap… Tu appelles ça comment, toi ? »

« Un bon Français », lui réplique-t-elle au volant de la voiture.

Voilà pour le ton mordant qui se glisse entre les classiques scènes d’action. Pour apprécier Loin du périph, il faut raffoler des cascades, des poursuites en voiture, des explosions et prendre ses distances avec la vraisemblance. Par exemple, lorsque le duo poursuit longuement un ado, sans raison particulière, dans un centre d’attractions. Une course folle qui démarre dans les dédales d’un « Laser Quest », se déplace dans un supermarché, et se termine dans une collision d’autos tamponneuses !

La relation professionnelle et forcée du tandem deviendra amicale, voire intime. Non sans quelques allusions à l’homosexualité refoulée de l’un et l’autre… Si, dans cette France profonde et raciste, on se fait insulter « de nègres et de pédés », le récit nous rassure rapidement sur l’hétérosexualité des deux hommes.

Par exemple, Ousmane surprend son pote François à regarder longuement les courbes de la femme du maire, dans une scène sexiste, assez gratuite. Celle-ci se douche longuement, toutes portes ouvertes, alors que son fils est dans la pièce d’à côté ! Là-dessus, la France Vive et Paris sont sur la même longueur d’onde. En 2022, dans une comédie à succès, une Française n’est jamais libre de son destin cinématographique… Elle reste d’abord un objet de désir et de plaisir pour les gars. Aussi ouverts d’esprit soient-ils.

En exclusivité sur Netflix

Loin du périph

Comédie policière

Loin du périph

Louis Leterrier

Omar Sy, Laurent Lafitte, Izïa Higelin

1 h 59