Les deux frères opossums hyperactifs Crash et Eddie ont soif d’indépendance et se sauvent de leur clan pour vivre de nouvelles aventures. Les petits marsupiaux aboutissent dans un dangereux monde souterrain, qui abrite de redoutables dinosaures, et retrouvent leur valeureux héros, Buck Wild.

Publié le 28 janvier
Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

Il y a 20 ans, les tribulations du trio invraisemblable formé du mammouth laineux Manny, du paresseux Sid et du tigre à dents de sabre Diego, pendant la dernière période glaciaire, ont marqué l’imagination. Si bien que quatre autres films se sont ajoutés. Aux voix devenues classiques de Ray Romano (Manny), John Leguizamo (Sid) et Denis Leary (Diego) s’est ajoutée celle de Queen Latifah (le mammouth femelle Ellie). Le fait qu’aucun de ces artistes ne soit de retour laissait présager que ce sixième opus, maintenant dans le giron de Disney, n’était pas à la hauteur des films d’animation antérieurs de la franchise.

D’entrée de jeu, un énorme vide saute aux yeux. Où est Scrat, l’astucieux écureuil qui joue de malchance en tentant de s’approprier un gland éternellement destiné à lui échapper, et qui malgré lui cause d’incroyables désastres naturels ? La mascotte de la franchise, qui a mis la table à chacun des films d’animation précédents et revient judicieusement pour alléger l’atmosphère, n’apparaît jamais. En guise d’introduction, un long monologue rappelle les liens entre les divers membres du clan, en s’inspirant machinalement d’une des plus belles scènes du tout premier film, alors que les peintures préhistoriques sur les murs d’une grotte s’animent et racontent une touchante histoire.

Cet emprunt dénué d’imagination est le premier d’une longue liste. En mal de liberté, les frères opossums Crash et Eddie atterrissent dans l’univers terrifiant des dinosaures, exploré dans le troisième film. Comme on s’y attend, le courageux Buck Wild (Simon Pegg, le seul à reprendre son rôle), une belette borgne aux allures de pirate, les prend sous son aile. Ensemble, ils combattent un ennemi juré, Orson et sa bande de rapaces. L’arrivée à la rescousse de la zorille Zee (Justina Machado), aux allures de moufette, amène un vent de fraîcheur.

Ponctuellement, Manny, Ellie, Sid et Diego apparaissent, toujours à la recherche des deux membres turbulents de leur clan. Les nouvelles voix de ces personnages se rapprochent des originales, dans la version anglaise. C’est au moins cela de gagné. Notons que dans la version française, il ne semble y avoir aucun changement au chapitre des voix.

Le film d’animation aux couleurs vives s’adresse à un jeune public. Il n’y a aucun véritable suspense et le même message soulignant l’importance de la famille et des liens tissés entre chacun est de nouveau servi. Sauf que cette fois-ci, il sent le réchauffé.

Sur Disney+

The Ice Age Adventures of Buck Wild (V. F. : L’ère de glace – Les aventures de Buck Wild)

Film d’animation

The Ice Age Adventures of Buck Wild (V. F. : L’ère de glace – Les aventures de Buck Wild)

John C. Donkin

Voix de Simon Pegg, Justina Machado, Vincent Tong

1 h 21