Un professeur de cinéma à la retraite accompagne sa femme au festival de San Sebastián alors que cette dernière s’occupe des relations de presse d’un brillant jeune réalisateur français, avec qui elle entretient une liaison…

Publié le 28 janvier
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Rifkin’s Festival est ce long métrage, 49opus d’une longue symphonie, que Woody Allen a tourné en Espagne il y a deux ans. Jamais sorti en salle en Amérique du Nord, le film est maintenant offert en vidéo sur demande, plus d’un an après avoir ouvert le festival de San Sebastián. Les organisateurs de l’évènement ne pouvaient sans doute être plus heureux à l’idée de programmer en soirée de prestige une œuvre ayant justement pour cadre le festival de cinéma tenu chaque automne dans le Pays basque espagnol.

Rien n’est plus identifiable qu’un film de Woody Allen et Rifkin’s Festival ne fait pas exception. Grâce au générique défilant au son d’une chanson jazzée en guise d’entrée en matière, le cinéaste plonge immédiatement le spectateur fidèle en terrain familier. Et suscite toujours chez ce dernier l’espoir de découvrir une œuvre à la hauteur de celles qu’a offertes le cinéaste à l’époque de ses plus grands jours.

Ce ne sera, hélas, pas encore le cas cette fois. Même s’il constitue un moment de cinéma somme toute agréable, Rifkin’s Festival est à inscrire dans la frange des films plus oubliables de l’auteur de Manhattan. Un peu comme si Allen avait oublié de mettre de la profondeur dans une histoire où il brasse mécaniquement les mêmes thèmes, avec des personnages qui versent parfois dans la caricature.

Il y avait pourtant matière à explorer dans ce portrait d’un homme vieillissant à qui tout échappe – sa femme, son pouvoir de séduction, sa conception du cinéma –, mais le cinéaste a préféré utiliser le ton d’une franche comédie. À cet égard, l’utilisation de pastiches de grands classiques du cinéma européen (Jules et Jim, Un homme et une femme, Le septième sceau) devient un peu trop systématique, mais certains gags atteignent cependant leur cible. Pour les amateurs, un film signé Woody Allen reste toujours digne d’intérêt, même quand le vétéran cinéaste se branche sur le pilote automatique.

Rifkin’s Festival est offert en vidéo sur demande en version originale.

Rifkin’s Festival

Comédie

Rifkin’s Festival

Woody Allen

Avec Wallace Shawn, Gina Gershon, Louis Garrel

1 h 31