À Olloy, village des Ardennes belges, Rémi, gamin de 6 ans, disparaît à la veille de Noël. Si les habitants tentent de rester solidaires, les soupçons s’enchaînent. Quinze ans plus tard, alors qu’Antoine, ami de Rémi, s’apprête à devenir médecin, de nouveaux évènements se télescopent et les plaies se rouvrent.

André Duchesne
André Duchesne La Presse

Inspiré du roman éponyme de Pierre Lemaître, Trois jours et une vie est un formidable film noir dont le scénario est habilement construit autour de petits détails qui sont autant de bombes à retardement.

Film noir, oui. Film policier. Thriller psychologique. Ce long métrage de 120 minutes top chrono divisé en deux parties d’égale durée est tout ça à la fois. Mais c’est aussi un film qui explore avec finesse les aléas d’une vie en petite communauté où tout le monde croit connaître l’autre dans les moindres recoins de sa personnalité.

Or, vivre ainsi en vase clos n’est pas aussi simple qu’on voudrait le croire. Un dérapage, une chicane, peut laisser bien des cicatrices. Imaginons lorsque survient une affaire aussi lourde de conséquences que la disparition d’un enfant.

Ici, la lourdeur de l’ambiance traverse l’écran et nous atteint droit au cœur. Ce qui est bon signe.

Les auteurs ont décidé de camper leur histoire au cœur des tempêtes qui ont réellement secoué une partie de l’Europe à la toute fin de décembre 1999. Ces évènements créent évidemment un impact sur le récit du film. Les recherches pour retrouver Rémi sont abandonnées pour se tourner vers un sauvetage général du village dévasté par la tempête.

Les auteurs misent gros avec ce passage qui vire pratiquement en film d’horreur, voire ésotérique. La concordance entre la mort de Rémi et la blessure de la mère d’Antoine (Sandrine Bonnaire) durant la tempête est fortement discutable.

Tout comme est discutable ce passage où les policiers ont un nouvel élément en main (l’ADN du meurtrier), mais décident de ne pas faire passer un test à chaque habitant du village, faute de moyens économiques. Vraiment ? C’est un peu gros !

Il reste que dans l’ensemble, l’histoire a capté notre attention de bout en bout.

En salle dès ce vendredi

Trois jours et une vie

Drame

Trois jours et une vie

Nicolas Boukhrief

Nicolas Boukhrief

2 h

½