Une psychologue agoraphobe, incapable de sortir de chez elle, développe une obsession envers ses nouveaux voisins et tente de résoudre le crime dont elle croit avoir été témoin, postée à sa fenêtre.

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Le nouveau film de Joe Wright arrive avec, déjà, un certain historique. Cette adaptation du roman d’A. J. Finn, publié en 2018, fait partie de ces films qui se sont d’abord retrouvés coincés dans les limbes de la distribution au moment du rachat du studio Fox par Disney. Des projections tests peu concluantes ont ensuite forcé l’équipe à tourner de nouvelles scènes afin d’éclaircir un récit apparemment trop confus. À cause de la pandémie, la sortie du film a encore été retardée. Finalement, le diffuseur en ligne Netflix en a acquis les droits pour une diffusion exclusive sur sa plateforme.

Révélé auprès des cinéphiles grâce à d’impeccables productions comme Pride & Prejudice et Atonement, Joe Wright a exploré depuis plusieurs genres, de façon plus ou moins heureuse, mais s’est refait une santé artistique il y a quatre ans grâce à Darkest Hour, film à caractère historique ayant valu à Gary Oldman l’Oscar du meilleur acteur.

Il est impossible de regarder The Woman in the Window (La femme à la fenêtre, en version française) sans penser à Rear Window (Fenêtre sur cour), le grand classique d’Alfred Hitchcock. À la différence que, même si la première partie est très honorable, le film tombe dans les excès d’un genre lié à l’horreur, avec les effets parfois outranciers qu’une telle approche implique. En prime, on peut voir de très loin la résolution de l’intrigue.

Le personnage de psychologue pour enfants agoraphobe qu’incarne Amy Adams aurait pourtant mérité mieux. Avide de grands classiques du film noir, qu’elle prend plaisir à regarder (Laura, Dark Passage, Spellbound, notamment), cette femme se trouve déjà dans une position psychologique intrigante. Or, le traitement qu’on lui réserve relève davantage du film d’horreur que du film noir. On déplore aussi la sous-utilisation d’acteurs d’exception comme Julianne Moore, Jennifer Jason Leigh et Gary Oldman. Dommage.

En exclusivité sur Netflix.

AFFICHE FOURNIE PAR NETFLIX

The Woman in the Window, de Joe Wright

The Woman in the Window (V. F. : La femme à la fenêtre)

Drame de Joe Wright
Avec Amy Adams, Gary Oldman, Julianne Moore
1 h 40
★★½