La contrée imaginaire de Kumandra vit ses heures les plus difficiles. Le défi de lui redonner son âme et de ramener l’harmonie repose sur les épaules de la guerrière Raya et du dernier des dragons, Sisu.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Raya and the Last Dragon semble s’inscrire dans la pure tradition de Disney. L’héroïne est une jeune princesse dont la bravoure est mise à rude épreuve. Le studio d’animation, qui a brisé le cœur de générations d’enfants en faisant mourir un parent (Bambi, Le roi lion) ou les deux (Tarzan, La reine des neiges), met par ailleurs en danger la vie du père de Raya. Sauf que, cette fois-ci, rien n’est irrévocable. Tous les espoirs sont permis si chacun met de côté ses intérêts personnels et fait confiance aux autres.

Le message, émouvant et fort, touche la cible grâce à des personnages sympathiques mus par un désir commun, dans un monde brisé et menacé, d’une beauté remarquable. Tous les ingrédients y sont pour vibrer à l’unisson : des scènes d’action, des conflits moraux et une quête noble, enrobée d’un humour qui sous-tend la majorité des scènes.

Au cœur du film d’animation se trouve évidemment Raya, à qui Kelly Marie Tran (Rose Tico dans la franchise Star Wars) prête sa voix. Il y a aussi le dragon Sisu, qui vole la vedette grâce à la brillante performance de la rappeuse et actrice Awkwafina (Crazy Rich Asians). La légendaire créature est à la fois hilarante, vulnérable et attachante, sans aucune once de méchanceté. Il y a d’ailleurs peu de véritables méchants et plusieurs adorables complices (dont un bébé arnaqueur à croquer) dans cette épopée fantastique, qui se déroule dans cinq régions imaginaires inspirées de pays de l’Asie du Sud-Est. L’ennemi s’avère être une force mystérieuse qui transforme en statue de sable toutes les personnes qu’elle parvient à toucher.

Les réalisateurs Don Hall (chez Disney depuis plus de 20 ans, lauréat d’un Oscar pour Les nouveaux héros) et Carlos López Estrada (recruté après son premier film, le drame Blindspotting) ont tiré profit de leurs expériences diverses. Ils ont étroitement travaillé avec les coscénaristes Adele Lim (Crazy Rich Asians) et Qui Nguyen (connu pour ses productions théâtrales incorporant la culture geek et des combats sur scène). Ensemble, ils désiraient faire ressortir l’importance d’unir ses forces et de se faire confiance pour atteindre un but commun. Grâce au télétravail d’une formidable équipe de créateurs et d’animateurs, dispersée dans plus de 400 foyers, ils proposent une œuvre inédite, drôle et touchante, superbe visuellement, qui va droit au cœur.

Présenté sur Disney+ avec l’Accès Premium, au coût de 34,99 $ (qui s’ajoute à l’abonnement à Disney+). À l’affiche dans certaines salles de cinéma. Mieux vaut vérifier les horaires.

IMAGE FOURNIE PAR DISNEY

Raya and the Last Dragon, de Don Hall et Carlos López Estrada

Film d’animation
Raya and the Last Dragon
Don Hall et Carlos López Estrada
Voix de Kelly Marie Tran, Awkwafina, Gemma Chan
1 h 48
★★★★½