Une plongée dans le quotidien et l’univers musical de la jeune chanteuse pop norvégienne Aurora. Entre une tournée mondiale et la difficile création des chansons de son deuxième album, Aurora se questionne sur sa place dans l’univers.

Publié le 22 janv. 2021
André Duchesne
André Duchesne La Presse

Ce n’est pas d’hier que l’émergence de jeunes vedettes fait de belles histoires à raconter au cinéma. Rappelons-nous les films avec Joselito, Un enfant comme les autres, de Denis Héroux, sur René Simard, ou, plus près de nous, Hannah Montana, avec Miley Cyrus. Mais ça ne fait pas toujours de grandes œuvres pour autant.

Dans un format documentaire, Once Aurora nous introduit dans l’univers et l’intimité, plutôt solitaire, de cette jeune chanteuse devenue vedette internationale le jour où une personne l’a filmée chantant devant les élèves de son école. Mis en ligne, le clip est devenu viral. Une étoile était née…

Cela dit, Once Aurora nous a nettement plus accroché par son contenant que son contenu. Avec des images léchées, une caméra toujours en mouvement, de belles scènes saisies de par le monde et un montage nerveux, empruntant quelquefois au film d’épouvante pour nous faire ressentir les questionnements de la jeune vedette, le spectateur suit Aurora dans ses déplacements.

Ces moments, notamment en concert, sont les plus intéressants. Mais lorsqu’on s’arrête, souvent, en studio, on retrouve une jeune femme lumineuse certes, mais aussi effarouchée, boudeuse, incertaine et entourée de messieurs très sérieux qui pressent le citron pour en tirer le prochain succès. À ce compte, nous aurions aimé, comme spectateur, recevoir plus de musique et de création et moins d’humeurs.

IMAGE FOURNIE PAR FLIMMER FILM

Once Aurora, de Benjamin Langeland et Stian Servoss

Peut-être que ce film, aussi esthétiquement beau soit-il, était un peu précipité ? En le comparant au documentaire A Dog Called Money consacré à PJ Harvey et pour lequel nous avons eu de bons mots il y a deux semaines, on voit facilement ce qui cloche avec Once Aurora : son manque de substance.

Offert sur la plateforme Tënk (tenk.ca).

★★★

Once Aurora. Documentaire de Benjamin Langeland et Stian Servoss. Avec Aurora Aksnes, Geir Luedy, Magnus Aserud Skylstad. 1 h 11.