Près de 40 ans après la mort de Natalie Wood, qui s’est noyée dans des circonstances qui n’ont jamais vraiment été éclaircies, Natasha Gregson Wagner évoque la vie de sa mère avec ceux qui l’ont connue de près.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Ceux qui attendent des réponses sur les circonstances de la mort mystérieuse de Natalie Wood en 1981, ou à tout le moins un nouvel éclairage sur celle-ci, ne trouveront pas satisfaction dans ce documentaire produit par la chaîne spécialisée HBO.

Là n’était clairement pas l’intention de Laurent Bouzereau, un réalisateur spécialisé dans ce genre de productions, même si, d’évidence, ce chapitre tragique de la vie de l’actrice ne peut être esquivé. Il donne d’ailleurs lieu à une conversation franche entre Natasha Gregson Wagner, fille de Natalie Wood, et son père adoptif Robert, sur lequel ont toujours pesé des soupçons, bien que l’acteur, marié deux fois à la victime, n’ait jamais été suspecté dans cette triste affaire.

IMAGE FOURNIE PAR HBO DOCUMENTARY FILMS

Affiche du film Natalie Wood : What Remains Behind, de Laurent Bouzereau 

Le titre de ce document, What Remains Behind, est fort bien choisi, car il révèle bien à quel point le souvenir qu’a laissé la vedette de Splendor in the Grass et West Side Story reste marqué par les circonstances de sa mort tragique. La place particulière qu’occupe l’actrice dans l’imaginaire collectif et dans l’histoire de Hollywood s’en trouve un peu occultée.

Truffé de scènes d’archives, mais aussi de documents visuels personnels inédits, ce film repose principalement sur les témoignages des proches de la disparue, qui tentent de cerner la personnalité complexe d’une actrice dont la carrière a commencé dans l’enfance et pour qui le métier n’était pas une question de vie ou de mort.

Lancé au festival de Sundance au début de l’année, Natalie Wood : What Remains Behind peut être vu sur la plateforme Crave en version originale.

★★★

Documentaire. Natalie Wood : What Remains Behind, de Laurent Bouzereau. Avec Natalie Wood, Natasha Gregson Wagner, Robert Wagner. 1 h 39.